Kessler-Rabanesse : un nouveau visage pour une nouvelle ville

Kessler-Rabanesse : un nouveau visage pour une nouvelle ville
Le verger créé vers la tour Pascal s’étend sur 1.250 m²

Ce quartier étudiant clermontois offre aujourd’hui un visage renouvelé avec le réaménagement complet de son espace public et la construction d’une nouvelle résidence par Logidôme.

La Ville le répète depuis longtemps, il s’agit de faire rentrer le quartier « dans une nouvelle ère urbaine. » Cette ambition était déjà au cœur du projet porté au tournant du millénaire par l’Atelier de Ville en Ville, dans le cadre du concours Europan VI. Depuis trois ans, la transformation du quartier Kessler-Rabanesse, à Clermont-Ferrand, s’est accélérée. Elle est même devenue spectaculaire. De nombreux invités et les habitants eux-mêmes ont pu s’en rendre compte à l’occasion d’une visite organisée sur place, récemment, destinée à découvrir ce nouveau lieu de vie. En musique, sous la conduite d’Olivier Bianchi, maire et président de Clermont Auvergne Métropole, lui-même accompagné de nombreux élus et de l’ancien maire Serge Godard, tous ont arpenté les deux rues du quartier à la découverte de la résidence Kessler, propriété du bailleur Logidôme. Ils se sont rendus ensuite sur la nouvelle place Louise-Bourgeois, qui a d’ailleurs été inaugurée officiellement à cette occasion.

« Comment produire de l’architecture contemporaine dans les quartiers historiques ? C‘est tout l’enjeu que nous avons dû relever dans ce travail complexe qui date de 2001. L’idée, c’était de savoir comment on pouvait garder le caractère du faubourg », explique l’architecte Christophe Boyadjian, de l’Atelier lyonnais de Ville en Ville, qui travaille depuis très longtemps sur le projet avec son associé Patrice Prével.

L’idée était de proposer un espace public qualitatif, ancré dans le 21ème siècle, favorisant des microporosités dans le tissu urbain. Cet espace est aujourd’hui renforcé avec la création de la place Louis-Bourgeois, offrant ainsi un vaste parterre à l’Ecole supérieure d’art de Clermont Métropole (ESACM). Des étudiants de l’établissement ont d’ailleurs été associés à la réflexion.

Kessler-Rabanesse : un nouveau visage pour une nouvelle ville
La nouvelle place Louise-Bourgeois avec en fond le bâtiment Totem 3, dont la couleur rappelle la pierre de lave et le volcanisme.

LOGIDÔME INVESTIT 14,25 M d’€

L’autre idée forte a été de conforter « le retour de la nature en ville » et ne pas tout livrer au minéral. Totalement oublié lors du réaménagement de la place de Jaude, ce qui engendre la création d’un îlot de chaleur durant l’été, cette fois, plusieurs aménagements confortent cette volonté : plantation d’arbres rue de Rabanesse, création de grandes fosses végétales rue Kessler, verger de 1250 m² en bordure de la tour Pascal composé d’espèces locales et de haies nourricières.

Avec la piétonnisation de la rue Kessler, les concepteurs ont voulu également favoriser le développement des mobilités douces, en rendant l’espace public aux piétons, trottinettes et autres vélos. L’opération globale de requalification du quartier Kessler-Rabanesse a nécessité un investissement de 4,15 millions d’€ pour la collectivité. Auxquels s’ajoutent 405.000 € dédiés aux travaux d’eau et d’assainissement.

Bien évidemment, outre la création de l’ESACM, et d’autres équipements emblématiques à proximité comme l’agrandissement du stade nautique Pierre-de-Coubertin ou encore du siège de la Comédie de Clermont, la construction de deux immeubles par Logidôme, Totem 2 et 3, font partie des réalisations spectaculaires.

Kessler-Rabanesse : un nouveau visage pour une nouvelle ville
Les élus de la Ville le jour de la visite du quartier, animée par des artistes de rue.

Les architectes du projet (Mouraire-Ressouche-Rauch et FR Architectes) ont imaginé un univers fait de modernité, inspiré de la région et de ses spécificités à l’image du volcanisme. Les concepteurs ont joué sur le contraste entre une enveloppe pleine au nord et une « lanterne lumineuse » colorée sur les façades situées au sud.

Le bailleur social Logidôme, propriétaire et gestionnaire des deux bâtiments, a investi 14,25 millions d’€ dans cette opération. « Sur huit niveaux, nous avons un total de 75 logements, allant du studio au T4 », détaille Marie-Aude Rey, chargée d’opération auprès de l’organisme.

Totem 3, complété par un bâtiment bas, accueille également des commerces et des services, dans un quartier qui en avait grandement besoin. Un tabac-presse et une brasserie/bar à vin (L’Antre de Dyonisos) viennent tout juste d’ouvrir leurs portes. Un troisième local cherche encore un investisseur. A bon entendeur…

Partager