Edito de Marc François du 26/09/2016

En Auvergne-Rhône-Alpes, l’écologie se pratique désormais à coups de fusil. La faune n’a qu’à bien se tenir…

C’est la vision Wauquiéenne de la nature. Des espaces où les cartouches font la loi, les coups de feu cinglent, les balles pleuvent, où l’on tire à vue, où les animaux sont d’abord et avant tout de la chair à fusil. L’Auvergne-Rhône-Alpes, région nouvelle, dessinée ou tripatouillée par l’actuelle majorité présidentielle, se distingue en élaborant un projet inédit de partenariat avec la fédération locale de la chasse au détriment des associations environnementales. Haro sur les écologistes qui représentent, selon le vice-président Philippe Meunier,  un ramassis de « bobos urbains », sus aux acteurs de l’environnement qui, évidemment, n’auraient rien compris aux enjeux, l’institution régionale va réorienter ses subventions vers les chasseurs, transformés subitement en acteurs majeurs de l’écologie et de la gestion des territoires. D’un côté, de bons citoyens amateurs d’armes à feu ; de l’autre de doux imbéciles, empreints d’une sensibilité excessive… ou le nouveau sectarisme made in Auvergne- Rhône-Alpes.

Dans le sens du poil

Passons sur le débat éthique autour de la chasse, ce loisir qui consiste à transformer des êtres vivants en gibier et dont la finalité demeure de donner la mort par plaisir. Passons sur les drames qu’il engendre, animaux blessés, traqués, jeunes individus qui deviennent orphelins et stress permanent pour la faune sauvage dans son ensemble. Passons sur les accidents fréquents, les dangers encourus et les désagréments subis par les promeneurs cernés par les coups de feu.

Contentons-nous de supposer que cette décision, pour le moins discutable, répond avant tout à des visées électoralistes. Il n’est pas anodin, en effet, de caresser les chasseurs dans le sens du poil et de répondre favorablement au puissant lobby de la chasse, omniprésent à l’assemblée nationale et au sénat. Et tant pis s’il faut, pour cela, transformer la campagne en stand de tir.

Partager

Laisser un commentaire