Briques et tuiles : les atouts de la terre cuite

Briques et tuiles : les atouts de la terre cuite
A : Briques de structure Porotherm, Wienerberger

La terre cuite est un des matériaux de construction les plus utilisés : en tuile pour les toitures, en briques pour les parements et le gros œuvre. C’est vrai qu’elle ne manque pas de qualités ! Quel matériau trouve aussi bien sa place dans l’habitat tradi-tionnel que dans l’architecture contemporaine ? En briques ou en tuiles, la terre cuite donne du cachet aux maisons en s’intégrant au paysage et en valorisant le caractère régional des constructions. Sa fabrication à base d’argile malaxée et cuite (à laquelle on ajoute parfois du sable ou un autre adjuvant minéral) lui assure une durée de vie de 100 ans, sans réparation ni entretien. Sur les toitures, les tuiles adoptent des formes différentes. La tuile canal est ainsi devenue l’emblème des toits du sud de la France. Les tuiles plates sont très fréquentes au nord de la Loire car elles s’adaptent parfaitement à l’inclinaison importante des toitures, facilitant l’évacuation des eaux pluviales. Appelées aussi tuiles mécaniques, les tuiles à emboîtement (plat ou en relief) sont également très utilisées car plus faciles à mettre en œuvre et plus économiques (il en faut moins pour couvrir une même surface). La norme NF EN 1304 garantit la qualité des tuiles et leurs propriétés : imperméabilité, capacité à résister à des vents de 200 km/h et au gel pendant 30 ans…

Façade ou murs porteurs

 

Briques et tuiles : les atouts de la terre cuite
B : Toiture Monier Domaniale Soleil

En façade, les briques de parement en terre cuite s’allient parfaitement aux matériaux utilisés dans les bâtiments modernes : le verre, l’aluminium… Elles constituent une alternative aux bardages et enduits divers dans le cadre d’une isolation par l’extérieur, en revêtement d’une paroi porteuse recouverte d’isolant et d’une lame d’air ou en mur manteau sur ossature. Dans sa version Monomur en 37,5 cm d’épaisseur, la brique en terre cuite est utilisée pour les murs porteurs. Grâce à sa structure alvéolée, elle constitue un système constructif de régulation thermique ne nécessitant pas l’ajout d’un isolant complémentaire. Incombustible, imputrescible et recyclable, ce matériau assure une excellente résistance mécanique en étant performant sur le plan de l’inertie thermique et de l’isolation phonique. Naturel, il est intéressant du point de vue environnemental grâce à la proximité des carrières d’extraction d’argile et des unités de fabrication. Son mode de production, notamment la cuisson, reste un point faible consommant beaucoup d’énergie et générant des émissions de CO2. Cependant, les fabricants conscients du problème mettent en place des améliorations par une meilleure gestion du séchage, l’évolution technique des fours et le recyclage des gaz de combustion.

APEI-Actualités. F. L.
Visuels – mentions obligatoires en gras :

Partager

Laisser un commentaire