Clermont voit grand

Le conseil de développement du Grand Clermont a imaginé plusieurs projets d’envergure pour le territoire. Proches de l’opérationnalité, ils pourraient bien voir le jour dans les années à venir. A condition que les élus s’en saisissent…

Clermont voit grand
1 – Ces propositions « proches de l’opérationnalité » ont pour objectif de renforcer l’attractivité du territoire.

Une usine d’éthanol pour Michelin. Ce projet, très ambitieux, sera sans doute le pre-mier à se réaliser. Relativement abouti, il pourrait sortir de terre dans cinq ou six ans, vraisemblablement sur le site de Montpertuis dans l’Allier. Cette usine fabriquerait à partir de déchets de l’éthanol biosource, qui rentre dans la composition des pneuma-tiques. Une production locale couvrirait en 2020 un tiers des besoins du groupe Miche-lin, qui suit le dossier de près. Actuellement, les partenaires potentiels sont en cours de négociation.
Une unité de production de chaudières. 60.000 chaudières domestiques à bois sont actuellement en fonctionnement en France. Or, il faudrait en fabriquer, commercialiser et installer près de 30.000 de plus chaque année pour atteindre le niveau d’équipement des pays germaniques. Le Grand Clermont propose de ne pas laisser passer cette opportunité. Des fabricants allemands et autrichiens ont été approchés. L’un d’eux pourrait investir sur le territoire auvergnat, le projet étant « en concordance avec sa stratégie d’entreprise ».

Un funiculaire vers Gergovie ?

 

Clermont voit grand
2 – Une usine d’éthanol de deuxième génération pourrait voir le jour en 2020. Michelin en a besoin pour fabriquer ses pneus.

Mise en valeur du site de Gergovie. « Le site ne bénéficie pas d’une valorisation à la hauteur de sa notoriété. » La conclusion est sans appel… Le Grand Clermont propose de voir les choses en grand pour Gergovie, en implantant un centre d’interprétation, un centre scientifique archéologique, en développant des animations, des parcours extérieurs, des évènements ou des outils virtuels permettant « des reconstitutions attractives ». Principale difficulté à relever : il y a autant de points de vues sur le sujet que d’acteurs concernés. L’accès au site pose également problème. L’idée d’un funiculaire a été évoquée. Une association de préfiguration pourrait voir le jour prochainement…
Valoriser les portes d’entrées du Grand Clermont. C’est un fait : la gare SNCF, les ac-cès autoroutiers et l’aéroport manquent de visibilité. Les bénévoles du Grand Clermont estiment qu’il faut les mettre en valeur, avec des propositions concrètes à la clé. Autre piste de travail pour valoriser les portes du territoire : améliorer la connexion ville-nature, actuellement impossible sans voiture. Une proposition de transport par téléphérique entre Royat, Orcines et la gare du puy de Dôme a été envisagée. Elle serait « le moyen le plus adapté à cette desserte en termes de visibilité, de perception et de cadencement ». Enfin, la rivière Allier pourrait devenir le « pendant Est » de la Chaîne des Puys, si les élus s’en donnaient les moyens.

 

Grande Halle : et le tram ?

 

Clermont voit grand
3 – Le Grand Clermont propose de rendre plus accessible la Grande Halle d’Auvergne, mal desservie par les transports en commun.

Tourisme d’affaires : un fort potentiel de croissance. Le tourisme d’affaires génère entre 25 et 30 millions d’euros de retombées économiques par an, soit 10 % du chiffre d’affaires touristique du Grand Clermont. Pour aller plus loin, les spécialistes du secteur proposent la création d’une « Convention Bureau », comme à Lyon ou Toulouse. Ce service serait un « point d’entrée incontournable » pour toutes les entreprises, associations ou universités qui souhaitent organiser un événement sur le territoire. Autre condition indispensable au développement du tourisme d’affaire : le renforcement de la desserte de Grande Halle. « C’est à la fois un problème de compétitivité et d’image » observe le Grand Clermont. La solution « idéale » ? Etendre le tramway jusqu’à Cournon…
Un programme ambitieux de médecine préventive. Le coût très élevé du curatif incite de nombreux pays industrialisés à faire le pari de la prévention en matière de santé. L’Auvergne aurait-elle une carte à jouer en la matière ? Le Grand Clermont propose d’y implanter un «Centre Expérimental de Prévention Individualisé », ayant pour objectif « de donner à tout citoyen l’espoir raisonnable de gagner des années de vie active et de bien-être. » Ce projet abriterait un centre européen de la mobilité, articulant re-cherche, formation et service clinique. Il nécessiterait la construction d’un bâtiment, d’un laboratoire d’éducation (pour réapprendre à cuisiner, à faire ses courses, à se mouvoir…) et la mise en place d’unités mobiles. Reste à réunir les différents partenaires. Du public comme du privé…
Promouvoir la « nature singulière » du territoire. Enlacée par la chaîne des puys et la faille de Limagne, Clermont-Ferrand jouit d’un environnement exceptionnel, mais pas forcément mis en valeur. Au regard de cette spécificité, le conseil de développement propose de « changer le regard porté sur le développement urbain », d’imaginer « une ville organique », enracinée dans son territoire, le tout à l’échelle du pôle métropolitain. Gestion des espaces naturels et agricoles, réalisation d’un diagnostic scientifique, élaboration d’un pacte territorial de protection, mise en place d’instruments de maîtrise foncière… Les pistes de propositions sont nombreuses. Reste à réfléchir aux moyens de financements et à la gouvernance…

Emmanuel Therond
Photos © Valentin Uta

 

Créé en 2003, le conseil de développement est composé de 150 membres de la société civile, issus du monde de l’économie, de l’enseignement supérieur, de la recherche, du sport, de la culture, du tourisme… La structure est présidée par Jean-Marc Monteil. Chercheur en sciences cognitives, il a été président d’université, recteur d’Académie, directeur général de l’enseignement supérieur au Ministère et conseiller du Premier Ministre.


Clermont voit grand
4 – La mise en valeur de Gergovie passerait par la réalisation d’un « grand projet » avec centre d’interprétation, centre scientifique, animations, outils virtuels…
Partager

Laisser un commentaire