Jacques Sauret : « la foire est à la fois une vitrine et un magasin éphémère »

Jacques Sauret : « la foire est à la fois une vitrine et un magasin éphémère »
« La tendance d’une foire, c’est d’apporter de plus en plus de démonstrations, de conseils et d’ateliers participatifs », affirme Jacques Sauret.(© V. Uta – Archives Info)

Depuis six ans maintenant, ce Puydômois préside la Foire internationale de Clermont-Cournon. Il évoque ce grand rendez-vous économique, dont la 41ème édition se poursuit à la Grande Halle d’Auvergne jusqu’au 17 septembre.

Info – Etes-vous satisfait de la 40ème édition de la foire, célébrée l’an dernier ?

Jacques Sauret – L’édition 2017 s’est très bien passée à deux niveaux notamment. D’une part, en ce qui concerne le nombre de visiteurs puisque l’on a enregistré une progression de plus de 13.000 personnes. D’autre part, le panier moyen a augmenté dans des proportions considérables pour atteindre 861 € par visiteur. Cela s’explique par la réalisation de gros achats comme les camping-cars, les voitures, les piscines, les cuisines, les salons, etc.

Info – Comment envisagez-vous cette 41ème édition qui a ouvert ses portes le 8 septembre ?

S. – Nous allons essayer de confirmer. Sur le visitorat, on table sur une fréquentation de 150.000 personnes. On pense aussi que la conjoncture des affaires est encore bonne. Et comme l’a souligné Catherine Merlot (directrice générale : NDLR), nous misons sur la qualité plutôt que sur la quantité, nous pensons donc que cette édition sera bonne pour nos exposants.

Info – Cette année encore, vous avez développé de nouvelles propositions comme les E-bike lors du premier week-end, est-il nécessaire de se réinventer ?

S. – Oui bien sûr. La tendance d’une foire, c’est d’apporter de plus en plus de démonstrations, de conseils et d’ateliers participatifs. Au niveau du stand gourmand par exemple, le public pourra retrouver l’application « Winameety », dédiée aux amoureux du vin*. Dans le hall dédié à la santé et au bien-être, des animations et des conférences sont organisées. On retrouve également des conseils déco dans le hall A et le week-end des 15 et 16 septembre va être consacré au vintage. Les restaurants du village de la restauration sont aussi ouverts en soirée et les visiteurs auront la possibilité de laisser leurs achats à l’entrée de la foire et de se les faire livrer gratuitement sur le parking par Les Colis Verts (les 11, 13, 15 et 16 septembre). Sinon, ils pourront tenter de gagner la vitrine magique, organisée en lien avec le magasin TSD, faire un saut sur le bar à champagne ou venir essayer la roue solaire implantée à côté du village de la restauration. Elle peut embarquer jusqu’à 16 personnes.

Bien évidemment, le public peut retrouver les grands classiques comme la ferme du massif avec ses animaux qui attirent toujours les enfants et les groupes scolaires.

Info – De nouveaux acteurs commerciaux importants s’intéressent aujourd’hui aux grandes foires nationales n’est-ce-pas ?

S. – Il faut avoir à l’idée que la foire est à la fois une vitrine et un magasin éphémère. Effectivement, les grands groupes commencent à s’intéresser aux foires afin de développer leur notoriété mais aussi pour informer leur clientèle. Nous avons développé cela avec eux dans le cadre du groupement des foires de France. Je rappelle simplement que la Foire internationale de Clermont-Cournon reste le premier évènement commercial de l’ancienne région Auvergne. Avec le réseau autoroutier, on affiche un rayonnement qui s’étend sur une centaine de kilomètres, aussi bien du nord au sud que d’est en ouest.

Partager

Laisser un commentaire