La piétonisation en marche

Longtemps pensés pour les seuls et uniques déplacements en voiture, les espaces publics clermontois s’apaisent. Cette mutation, enclenchée avec l’arrivée du tram, semble faire consensus auprès des élus.

La piétonisation en marche
Pas à pas, les zones piétonnières gagnent du terrain à Clermont-Ferrand

Peut-être est-ce dû à Michelin… En tout cas, pendant des années, voire des décennies, Clermont-Ferrand n’a pensé la ville qu’en termes de déplacements automobiles. A l’époque, le sujet ne faisait même pas débat. La voiture, c’était la liberté. C’était le progrès. C’était l’avenir. Il fallait pouvoir aller partout, se garer partout, remplir son coffre partout. Alors, on a bitumé à tout-va, créé des autoroutes urbaines, des parkings de plusieurs étages, des zones commerciales pouvant accueillir des centaines de voitures. Mais voilà : on a fini par oublier qu’il existait des modes de déplacements alternatifs. Et que cette omniprésence pouvait générer quelques désagréments…

« C’est le sens de l’Histoire » G. Bernard

Bien sûr, Clermont-Ferrand n’est pas un cas isolé. Mais contrairement à d’autres métropoles, elle a tardé à réagir, à changer de paradigme. En octobre dernier, Luc Le Chatelier, journaliste à Télérama, s’en était ému dans un article consacré à cette capitale du pneu qui espère devenir celle de la culture. « Ici, la voiture est reine. Sorti du centre ancien, le piéton se sent bien vulnérable ; côté pistes cyclables, le retard est patent ; quant à la seule ligne de tram, elle ne passe même pas par la gare ! » Blessant, mais juste…
Depuis quelques années, on sent néanmoins les mentalités évoluer. Petit à petit, la butte centrale sourit aux piétons. On voit également surgir des pistes cyclables, des vélos en libre-service, des lignes de bus en sites propres. Mais c’est le tram, sans doute, qui a fait le plus de bien à Clermont-Ferrand. Grégory Bernard, l’adjoint à l’urbanisme, est convaincu qu’il faut aller encore plus loin. « Un des éléments de la qualité urbaine, c’est la place qu’on laisse aux piétons. Le recul de la voiture, c’est le sens de l’Histoire » insiste-t-il, précisant que le rapport entre le nombre de morts sur les routes et le nombre de morts prématurées liées à la pollution est de 1 à 10.
Malgré des progrès de la part des constructeurs, la pollution générée par la voiture n’est pas seulement atmosphérique. Elle est aussi visuelle, olfactive, sonore. Et ce n’est pas son seul défaut : stationnée ou roulante, la voiture accapare l’essentiel de l’espace. A forte dose, elle peut même rendre un espace public totalement inhospitalier. Réduisez sa place et vous verrez de nouveaux usages s’installer, des parents lâcher la main de leur progéniture, des personnes âgées sortir de chez elles, des enfants faire du vélo, des commerçants déployer leurs étals… Bref, tout ce qui rend une ville animée et agréable à fréquenter. A-t-on déjà vu des touristes prendre plaisir à se balader au milieu de grands parkings ?
Interrogé par Info Magazine, ce Clermontois de 66 ans, qui se définit comme « un automobiliste qui marche », s’interroge – par exemple – sur la pertinence de ces parkings sur les places Renoux et Sugny. Pour lui, il faudrait les transformer. Idem pour la rue Blaise-Pascal : il s’étonne encore de voir des voitures remonter cette artère très étroite. « Faut pas s’étonner que les magasins ferment les uns après les autres… »

La piétonisation en marche
Une rue bien agréable pour se balader !

Un sujet « complexe » pour le commerce

Qu’en pensent les commerçants ? Pour Alban Pereira, le président de Clermont Commerces, la piétonnisation est un sujet « complexe », « subtil », parfois source de « divergences » en fonction des secteurs ou du type d’activité. « Il faut l’étudier dans un plan global » nuance-t-il. Cela dit, il a lui aussi compris que la voiture avait ses limites en hypercentre, et qu’il valait mieux (de manière générale) avoir un espace piéton devant sa boutique qu’une place de parking. Il préconise par exemple de « coller » la place Delille à la rue du Port, afin de créer un espace apaisé propice à la déambulation… et au chiffre d’affaires. « Pour les courses en voiture, il y a les grands centres commerciaux. » compare-t-il.
Sur de tels sujets, on sent souvent sourdre la bataille des « pro » et des « anti ». Il ne s’agit évidemment pas de tomber dans l’idéologie, ni d’opposer les automobilistes aux piétons ou aux cyclistes. D’ailleurs, les frontières sont rarement étanches… Il ne s’agit pas non plus de faire la chasse aux voitures, puisque beaucoup d’habitants n’ont souvent pas d’autre alternative. Enfin et surtout, les usagers ne sont pas à un paradoxe près : parfois, ceux qui veulent moins de voiture veulent aussi pouvoir se garer facilement devant chez eux… Intérêt général, contre intérêts particuliers.

La piétonisation en marche
« Il faut rééquilibrer l’espace public » Cyril Cineux, adjoint aux transports de la Ville de Clermont-Ferrand

« Nous avons tous un usage contradictoire de l’espace public. Mais il faut le rééquilibrer, le partager entre tous les utilisateurs. Cela passera par des aménagements et de la pédagogie » analyse Cyril Cineux, adjoint aux transports de la Ville de Clermont-Ferrand et vice-président du SMTC, qui révise actuellement son plan de déplacements urbains. Militant de longue date pour la gratuité des transports en commun, l’élu estime que ce serait aussi un bon moyen pour apaiser Clermont-Ferrand. Mais c’est un autre débat…
En attendant, enfilez vos baskets !

 


La preuve par l’exemple…

Dans ses projets de requalification, la Ville de Clermont-Ferrand réduit au maximum la place laissée à la voiture. Parfois, le renversement de proportion est impressionnant. La preuve…

Place du Maréchal Fayolle (terminé en 2016)

* Surface : environ 7000m²
* Avant chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : 5000m² – espace dévolu aux piétons : 2000 m²
* Après chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : 2500m² – espace dévolu aux piétons : 4500 m² (dont l’extension de la cour du groupe scolaire Edgar Quinet)

Rue Thévenot Thibaud (terminé en 2017)

* Surface : environ 3000 m²
* Avant chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : 2600 m² – espace dévolu aux piétons : 400 m²
* Après chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : 1600 m² – espace dévolu aux piétons : 1400m² (dont l’extension de la cour du groupe scolaire Edgar Quinet)

Secteur Kessler-Rabanesse (fin des travaux en septembre 2018)

* Surface : environ 7600 m² d’espace public de voirie, hors parcelles privées
* Avant chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : 5800 m² – espace dévolu aux piétons : 1800 m²
* Après chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : 1800 m² – espace dévolu aux piétons : 5800m² (auxquels il faut ajouter les 3000 m2 de place publique et de jardins)

Place des Carmes (travaux 2018/2019)

* Surface : environ 25 000 m²
* Avant chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : plus de 8000 m² (cette surface ne décompte pas les talus plantés des bretelles, qui sont végétalisés, mais qui « occupent l’espace ».)
* Après chantier : espace dévolu aux voitures et autres véhicules : 3000 m² – soit un transfert vers de l’espace dévolu aux piétons de 5000 m², soit plus de 60% de l’espace actuellement dévolu à la voiture (et donc bien plus si l’on intègre « l’aplanissement » des bretelles de l’actuel échangeur)

Partager

Laisser un commentaire