Métropole en vue…

Métropole en vue…
La métropole devrait absorber – entre autres – une partie de la voirie départementale

Le Département devrait céder certaines compétences à Clermont Auvergne Métropole au 1er janvier 2018

Elle s’appelle « métropole », mais elle n’est (pour l’instant) qu’une communauté urbaine…  En se désignant ainsi, « Clermont Auvergne Métropole » a fait le choix d’anticiper une évolution institutionnelle qui devrait intervenir au 1er janvier 2018, comme la loi l’autorise. L’objectif est bel et bien de muscler le territoire, afin de peser au niveau régional et national. Avec ce nouveau statut, la future métropole pourra s’investir plus fortement dans le développement économique, dans le pilotage des pôles de compétitivité et dans certaines politiques publiques, tout en restant – c’est une priorité – une métropole « à taille humaine. »

Si la plupart des compétences ont d’ores et déjà été transférées par les 21 communes du territoire lors du passage en communauté urbaine (urbanisme, voirie, tourisme, eau et assainissement…), tout n’est pas encore totalement ficelé. Le Département devra en effet céder ses voiries dans le périmètre concerné, mais également le fond de solidarité pour le logement, le fond départemental d’aide aux jeunes et la prévention spécialisée. Le Conseil départemental précise que son devenir n’est « absolument pas remis en cause », ni même son chef de filât en matière d’action sociale, et que ces changements n’auront qu’un impact « marginal » sur son budget, ses moyens et sa capacité d’action.

Après sa transformation, Clermont Auvergne Métropole pourra signer avec l’Etat un pacte métropolitain d’innovation incluant un contrat de coopération métropolitaine, pour soutenir et accompagner les projets des territoires périphériques.  Ces projets pourront éventuellement s’appuyer dans leur mise en œuvre sur l’ingénierie du département.

« Actions mutualisées »

« Comme c’est déjà le cas, nous mènerons à l’avenir de nombreuses actions mutualisées partout où cela est utile », précise le Conseil départemental qui cite les achats groupés d’énergie, la téléassistance, la promotion touristique ou le dispositif Agrilocal.

Notons que la transformation en métropole n’entraîne pas de renouvellement de l’assemblée délibérante et de l’exécutif ; et que l’évolution se fera à périmètre constant. Si les élus communautaires ont approuvé le projet, les 21 communes doivent encore se prononcer pour qu’il soit acté par décret préfectoral.

Partager

Laisser un commentaire