Lila Forcade « Nous essayons de réaliser une ou deux tournées à l’étranger par an »

Lila Forcade « Nous essayons de réaliser une ou deux tournées à l’étranger par an »
« Nous avons profité de la tournée de Richard Tognetti en Europe pour l’inviter dans un programme consacré à Bach, Vasks et Ravel », explique Lila Forcade (© J.-P. B.)

L’Orchestre d’Auvergne a entamé, depuis quelques semaines, une nouvelle saison musicale. Concerts, actions pédagogiques et solidaires, enregistrements, tournée… Les musiciens de la phalange régionale ne vont pas chômer. Petit tour d’horizon avec sa Déléguée générale.

Info – Quels sont les temps forts de cette nouvelle saison musicale ?
Lila Forcade – Il y en aura beaucoup et cela commence dès cette semaine puisque les 24 et 25 novembre nous accueillons à l’opéra Richard Tognetti, violoniste et directeur de l’Australian Chamber Orchestra. Il dirige une structure similaire à la nôtre. Nous avons profité de sa tournée en Europe pour l’inviter dans un programme consacré à Bach, Vasks et Ravel. Sinon, nous avons rajouté une série de « baby concert » en partenariat avec la Coopé. Cela plaît beaucoup et tout est complet. Pour le prochain Café musical (12 et 13 décembre), nous reprenons la même formule que l’an passé sur le thème des valses viennoises et des chants de Noël. Les gens vont pouvoir danser pendant le concert. En févier, pour la première fois, nous proposerons une soirée surprise. Le public choisira les œuvres qu’il souhaite écouter parmi les « tubes » de l’Orchestre. Plus tard dans la saison, Jean-Jacques Kantorow, l’ancien chef de l’Orchestre, viendra diriger un concert. Un beau moment d’émotion.

I. – Vous poursuivez également les actions auprès du jeune public…
L. F. – Effectivement. Des rendez-vous auront lieu pendant les vacances scolaires de Pâques (13, 14 et 15 avril). C’est un pari que nous faisons. Nous accueillerons Alasdair Malloy pour une « Aventure au royaume magique ». Le 15 juin, dans le cadre du concert pédagogique, les chanteurs anglais de Voces8 seront associés aux chorales des collèges pour « Une nuit au cinéma ». Quant au projet Démos, il a démarré en septembre. La Philharmonie de Paris en est à l’origine. Cela va durer trois ans. Notre orchestre porte ce projet localement et nous sommes soutenus par la Philharmonie, la ville de Clermont et le Conservatoire. Sept quartiers entrant dans le cadre de la politique de la ville ont été choisis. 105 enfants ont été sélectionnés grâce aux associations locales. Ils suivent des ateliers deux fois par semaine. Le 9 décembre, lors d’une cérémonie à l’Opéra, nous remettrons gracieusement aux enfants les instruments. Ceux qui voudront continuer la musique au-delà des trois ans pourront garder leur instrument.

I. – Qu’en est-il des concerts solidaires ?
L. F. – Nous poursuivons « Culture du cœur » en offrant des places de spectacles. Il y a également les concerts suspendus et nous recrutons actuellement des services civiques chargés de travailler sur ces concerts solidaires. Sur le principe, cela ressemble à l’opération pièces jaunes. En lien avec les associations caritatives, nous mettons des petites tirelires dans les cafés. L’argent récolté permettra aux personnes nécessiteuses de venir assister à des concerts ou des répétitions. Nous souhaitons développer enfin les actions auprès des malades atteints d’Alzheimer et auprès des établissements pénitentiaires.

I. – Allez-vous poursuivre les tournées à l’étranger ainsi que votre politique discographique ?
L. F. – Bien sûr. Nous essayons de réaliser une ou deux tournées par an. Nous travaillons actuellement sur un projet d’une dizaine de jours en Pologne en mai 2018. Au niveau des enregistrements, notre activité discographique reste très importante. Cette année, nous avons sorti trois disques, dont un ces jours-ci chez Warner Classic avec le petit prodige Marin Chapoutot. Aparté, le Label de grande qualité nous soutient et nous laisse carte blanche. En 2018, deux enregistrements de CD sans solistes sont prévus. C’est bien. L’Orchestre est vraiment mis en avant.

I. – Poursuivez-vous les collaborations avec les autres structures culturelles clermontoises ?
L. F. – Oui. Le concert de Noël réalisé avec le Centre lyrique est déjà complet. Nous participerons également à l’Enlèvement au sérail en janvier. Outre le baby concert à la Coopé, nous allons projeter en collaboration avec le FRAC Auvergne, durant les concerts des 24 et 25 novembre, un film d’Agnès Geoffray, « Sutures ». Nous travaillons aussi avec l’AMTA. L’an dernier, nous avons passé commande à notre compositeur en résidence, Thierry Pécou, d’une œuvre, « Auvernha pour cabrettes et cordes ». Elle va être jouée dans le cadre du festival Musiques Démesurées, mais aussi le 8 juillet, lors du festival Les Volcaniques organisé au Gamounet, à Saint-Bonnet-près-Riom.

Partager

Laisser un commentaire