Nick Abendanon : « Je pense que nous avons une équipe capable de gagner »

Nick Abendanon : « Je pense que nous avons une équipe capable de gagner »
« Cela me donne encore plus de motivation de jouer face à des Anglais», explique Nick Abendanon
(© J.-P. B.)

Avec David Strettle, il attend lui aussi la double confrontation face aux London Saracens. Alors qu’il a prolongé son contrat avec l’ASM Clermont Auvergne, Nick Adendanon sait que les deux prochains matches vont conditionner l’avenir de l’équipe en Coupe d’Europe.

Info. – Deux matches décisifs arrivent, quel est votre sentiment, il y a de l’excitation je suppose, et vous devez aussi avoir envie de jouer ?
N. A. – Oui évidemment. Mais ce n’est pas moi qui décide, c’est Franck (Azéma) qui va choisir l’équipe. Tout ce que je peux faire, c’est d’être très bon à l’entraînement. J’espère que je serai sur la feuille de match le week-end prochain mais je sais aussi qu’il y a énormément de joueurs de qualité dans notre ligne de trois-quarts. Les internationaux sont en plus revenus après les tests-matches d’automne.

I. – Vous avez un point de retard sur les Saracens au classement (9 contre 10), L’idée, c’est d’aller faire un résultat à Londres lors du premier match ?
N. A. – Bien sûr. Nous devons bien nous préparer cette semaine avant d’essayer d’aller chercher la victoire là-bas. Je pense que nous avons une équipe capable de gagner. Un bonus défensif sera en tout cas le minimum à atteindre.

I. – Vous attendez-vous à un match différent de la finale disputée contre eux au printemps, à Edimbourg ?
N. A. – Ce sera forcément différent. Sur une finale, il y a toujours plus de pression. Les Saracens sont une équipe qui met justement beaucoup de pression sur l’adversaire, en utilisant notamment le jeu au pied. Leur défense est aussi très bien organisée. A nous de trouver les solutions pour contrer cela. Il faut que l’on arrive également à mettre la pression sur leur charnière constituée par Owen Farrell et Richard Winglesworth.

I. – Les Saracens sont mieux placés que vous en championnat d’Angleterre, sont-ils favoris selon vous ?
N. A. – Oui, ils restent les favoris sur ces deux rencontres. Ils sont champions d’Europe en titre. Après, il n’y a pas beaucoup de points de différence dans le Top 14 entre nous et le 3ème.

I. – Jouer une équipe anglaise, on imagine que c’est un peu particulier pour vous, n’est-ce-pas ?
N. A. – Effectivement, cela reste toujours des matches spéciaux pour moi. J’ai encore beaucoup d’amis dans cette équipe des Saracens. Mais personnellement, cela me donne encore plus de motivation de jouer face à des Anglais. Surtout dans cette très belle compétition de la Champions Cup.

I. – Est-ce que votre famille sera à l’Allianz Park, à Londres, le 10 décembre, pour vous voir jouer ?
N. A. – (Avec le sourire…) Oui mes parents seront là je pense, surtout si je joue. Si jamais je ne suis pas sur le terrain, ils préfèreront rester à la maison pour regarder le match à la télévision.

I. – Comment vous sentez-vous physiquement à cette période de l’année ?
N. A. – Plutôt pas mal. Je n’ai aucun souci pour l’instant. J’espère que ça va continuer comme ça.

I. – Vous avez prolongé votre contrat jusqu’en 2020, avec une année optionnelle, vous vous sentez bien à Clermont ?
N. A. – C’est sûr… (sur le ton de l’humour…) Spécialement avec Wesley Fofana (alors que le trois-quarts centre passe dans le couloir)… Plus sérieusement, je suis très content d’avoir prolongé mon contrat avec l’ASM Clermont Auvergne. Ma famille et moi sommes heureux ici. Et d’un point de vue sportif, Clermont est une grosse équipe qui joue chaque année des phases finales. Je veux continuer à vivre ce genre de choses.

Partager

Laisser un commentaire