Murol : le passé recomposé

Murol : le passé recomposé
Murol est le château le plus fréquenté d’Auvergne. Le nouveau délégataire vise 160.000 visiteurs par an, contre 105.000 actuellement © JB Rabouan

Nouveau gestionnaire du château, le groupe Kléber Rossillon va s’appuyer sur des archives historiques pour lui redonner vie. Comme il y a 600 ans.

C’est le château le plus visité d’Auvergne. Murol, perché depuis le 12ème siècle à près de mille mètres d’altitude au pied du Sancy, accueille chaque année près de 105.000 visiteurs. Depuis le 14 février, la gestion du site a changé de mains. Après Organicom, c’est la société Kléber Rossillon qui a été retenue pour 12 ans par la mairie pour faire vivre l’édifice. La société n’en est pas à un coup d’essai : elle gère sept autres sites en France, le château de Castelnaud (Dordogne), les jardins suspendus de Marqueyssac (Dordogne), le château et le parc de Langeais (Touraine), la caverne du Pont d’Arc (Ardèche), le vélorail des Gorges du Doux (Ardèche), le train de l’Ardèche et le musée de Montmartre (Paris). Soit 1,3 millions de touristes chaque année.

500.000 € investis

Les ambitions de Kléber Rossillon pour Murol sont réelles. En deux ans, le nouveau délégataire prévoit d’investir 500.000 euros sur le site. Mais également, de faire grimper le nombre de visiteurs à près de 160.000 en 2021. Maintenue, l’équipe en place sera renforcée. Une nouvelle directrice a également été nommée. Il s’agit de Marine-Alice Poizot, qui travaillait auparavant à la Métropole de Lyon.
Pour remplir ses objectifs, Kléber Rossillon veut rendre la visite plus attractive. « Notre ambition est de faire mieux que Castelnaud, et mieux que Guédelon, qui est une référence en France » compare Kléber Rossillon. Comment ? En redonnant vie au château, certes, mais avec une fidélité historique scrupuleuse.
« Murol a une chance extraordinaire, unique en France : les registres de Guillaume de Murol, le seigneur du château il y a 600 ans, ont été conservés. Il y notait tout : les dépenses, les recettes, la vie économique du château, avec des commentaires et des annotations. On sait qui étaient les habitants, ce qu’ils consommaient, leurs ressources. Cela n’existe nulle part ailleurs » explique-t-il.

Murol : le passé recomposé
De g. à d., Roger Dumontel (1er adjoint), Sébastien Gouttebel (maire), Kléber Rossillon et Jacques Galland (secrétaire général de la société Kléber Rossillon) © E. Thérond

« Un projet très ambitieux »

Ces documents serviront d’appui pour reconstituer le château « tel qu’il était », comme un « tableau vivant. » Animaux et marchandises encombreront la basse et la haute cour. Plusieurs salles seront reconstituées. On y croisera également Jean de Murol se préparant à la guerre contre les Bourguignons, et son père Guillaume. Ce voyage dans le temps se fera avec des animations « historiquement validées » et des nouvelles technologies, pour ancrer la visite dans son époque. « Pour nous, ce sera un site pilote » précise Jacques Galland, secrétaire général de Kléber Rossillon.
La découverte des autres sites touristiques locaux – lac, Ecole des Peintres, Musée archéologique… – sera également proposée : « Nous voulions une offre cohérente pour le territoire. Ce projet est très ambitieux. Ce sera un tremplin pour la commune » insiste le maire de Murol Sébastien Gouttebel. Notons que la politique tarifaire sera simplifiée et « rendue plus attrayante » pour les familles avec la gratuité pour les enfants de moins de 10 ans.


Pratique. Ouvert tous les jours de 10h à 18h. Visites guidées tous les jours sauf le samedi à 11h00, 14h30 et 15h30.
www.murolchateau.com. 06.45.43.15.07

Partager

Laisser un commentaire