Une nouvelle organisation des secours

 

Une nouvelle organisation des secours
Un nouveau maillage territorial du département est engagé chez les sapeurs-pompiers (© Archives Info)

Les sapeurs-pompiers du Puy-de-Dôme ont engagé une profonde réforme destinée à repenser la couverture opérationnelle sur le département.

Parce que le nombre d’interventions augmente régulièrement et que l’attente de la population en matière de secours est de plus en plus importante, parce que la disponibilité des sapeurs-pompiers volontaires est faible les jours ouvrés alors que 70 % des interventions ont lieu entre 7 h et 19 h, le Service départemental d’incendie et de secours du Puy-de-Dôme (SDIS) a engagé depuis le 1er janvier 2016 une démarche de révision de son maillage territorial. Plus qu’une évolution, c’est une petite révolution qui se met en place au fil des mois chez les soldats du feu. Rappelons que le Puy-de-Dôme compte un total de 4350 sapeurs-pompiers dont 3900 volontaires, le tout réparti dans 170 centres d’incendie et de secours.

Les grandes lignes de cette nouvelle façon de concevoir la couverture opérationnelle ont été présentées récemment à l’occasion d’une conférence de presse organisée dans les locaux du SDIS, sur la commune de Lempdes. La démarche poursuit deux objectifs principaux : le basculement de la notion de centres d’incendie et de secours vers celle de bassin de couverture, l’établissement de nouvelles règles de couverture et de coopération opérationnelles entre les différents centres.

« Le bassin de couverture est une portion de territoire cohérente, dotée d’un ensemble de centres géographiquement proches. Il est dimensionné pour fournir, notamment en journée, le potentiel matériel et humain nécessaires aux missions de secours. Chaque bassin de couverture est organisé autour d’un ou plusieurs centres pivots et d’un ensemble de centres satellites qui leur sont rattachés », expliquent les colonels Jean-Jacques Bodelle et Christian Rodier.

Depuis le mois de février 2017, le SDIS a validé 18 bassins de couverture, qui quadrillent le département du Puy-De-Dôme.

Une nouvelle organisation des secours
Le Colonel Bodelle, Jean-Yves Gouttebel, la préfète Danièle Polvé-Montmasson et Claude Boilon (de gauche à droite) lors de la conférence de presse.

 

REGROUPEMENTS EN VUE

Autre piste de réflexion en cours, celui des regroupements. Aujourd’hui, relèvent les responsables, certaines petites unités où l’activité opérationnelle est faible ne présentent pas les conditions minimales de sécurité autant dans l’engagement des sapeurs-pompiers que dans la pratique des secours portés aux victimes ou aux sinistrés.

« Il s’agit de mutualiser les moyens humains et matériels. On se donne ainsi les moyens que les secours seront mieux assurés », a tenu à rassurer Jean-Yves Gouttebel, le président du Conseil départemental.

Au niveau des interventions, si le nouveau dispositif va rallonger un peu le délai de rassemblement dans les centres – qui va passer de 9 à 11 minutes – il ne devrait pas changer celui imparti pour se rendre sur les lieux des sinistres, toujours compris entre 24 et 30 minutes.

Dans les faits, les responsables du SDIS espèrent arriver à mettre en place intégralement ce nouveau schéma d’organisation d’ici à la fin de l’année 2018.

Partager

Laisser un commentaire