Un city-stade à vocation sociale

Un city-stade à vocation sociale
Après 25 ans de bons et loyaux services, l’équipement a été rénové par la Ville de Clermont-Ferrand © Emmanuel THEROND

Situé à Croix-de-Neyrat, cet équipement est utilisé par le Centre de Loisirs des Jeunes de la Police Nationale depuis un quart de siècle.

Le city-stade de Fontcimagne, situé sur les hauteurs de Croix-de-Neyrat, est le premier à avoir été créé à Clermont-Ferrand. C’était en 1995.  Depuis, neuf autres ont vu le jour… Mais après 25 ans de bons et loyaux services, cet équipement multisports très apprécié (notamment par les jeunes du quartier) commençait à donner de sérieux signes de fatigue. La Ville a donc investi plus de 21.000 euros dans sa rénovation (travaux de sécurisation et remplacement de 350 m2 de tapis synthétique). Signe particulier : à Clermont-Ferrand, il est le seul à avoir été fabriqué en bois.

Ce city-stade reste réservé en priorité au Centre de Loisirs des Jeunes de la Police Nationale, créé en 1989 par trois anciens rugbymen de l’ASM. Une structure peu connue, qui accueille les 10-17 ans de la métropole dans le cadre de la prévention de la délinquance via le sport, la culture ou des formations (sécurité routière, premiers secours…) L’inscription annuelle coûte 10 euros. Une convention entre la Ville, la métropole et l’association de la Police a été signée pour formaliser cette utilisation.

Prévention de la délinquance

Les usagers disposent de quatre hectares d’équipements. En plus du city-stade, on peut trouver sur place des locaux, un plateau récréatif et une piste de moto tout terrain. « Quand on parle de la police et des jeunes, on parle toujours de confrontation. Ici, c’est tout le contraire. Il y a beaucoup de respect. Ce genre de structure remplit une mission essentielle dans la société » souligne un ancien habitué des lieux. « Pour que ce monde vive en égalité et en fraternité, il faut de l’ordre et des règles républicaines. Ici, un passage intéressant se fait entre les valeurs du sport et les valeurs de la société » soulignait le maire Olivier Bianchi lors d’une visite.

Deux personnes travaillent au centre : Frédéric Sandouly, un ancien sportif de haut niveau, et Dominique Chatras, qui assure la direction. Ce dernier passera le relais à son collègue dans quelques semaines. « Je suis un fervent défenseur du métier d’animateur ou de directeur de Centre de Loisirs de la Police Nationale. Il faut que cela perdure. Je vais bientôt laisser la place. Mais je compte sur les jeunes, et sur Frédo, pour faire prospérer le Centre comme j’ai eu l’honneur de le faire » a déclaré le futur retraité, ému. Près de 2.000 enfants et ados du territoire fréquentent l’établissement chaque année.

Partager