Un contrat de filière pour l’AOP saint-nectaire

Un contrat de filière pour l’AOP saint-nectaire
La révision du cahier des charges de l’AOP saint-nectaire a été validé par le ministère de l’Agriculture en février 2018 (© Ludovic Combe)

Pérenniser et développer la production laitière et fermière, assurer la qualité sanitaire de la production fermière, répondre aux attentes environnementales et sociétales en matière de valorisation des prairies, de bien-être animal ou de réduction des antibiotiques… Voici quelques-uns des grands axes du contrat de filière qui vient d’entrer en action pour le développement maîtrisé du fromage AOP saint-nectaire. Le contrat court sur la période 2018-2020.

« Notre idée, c’est d’intervenir plus en amont, privilégier le préventif au curatif et amener ainsi plus de sérénité dans la production », explique Marie-Paule Chazal, directrice de l’interprofession du saint-nectaire.

Depuis de nombreuses années, le Département du Puy-de-Dôme apporte son soutien aux producteurs de lait et de fromage de cette appellation. Pour l’année 2018, la collectivité accordera une enveloppe budgétaire de 82.500 €.

Lors du dernier Sommet de l’élevage, Serge Pichot, vice-président du Conseil départemental en charge de l’aménagement du territoire, et Patrice Viala, président de l’interprofession, ont signé une convention marquant le lancement officiel du nouveau contrat. Mais des actions concrètes ont d’ores et déjà été mises en place. Parmi celles-ci, citons le plan « progrès élevage AOP saint-nectaire », l’optimisation des ressources fourragères en privilégiant les prairies naturelles, l’amélioration de la conduite de renouvellement des troupeaux ou encore le travail sur la qualité sanitaire des laits grâce à l’amélioration des pratiques de traite.

Partager