Une foire « so british » !

Une foire « so british » !
Tower Bridge : un monument incontournable de la capitale britannique © DR

Du 8 au 17 septembre, la Grande Halle d’Auvergne accueillera la 41ème foire internationale de Clermont-Cournon, avec une grande expo dédiée à Londres.

1400 m2 « so british »… Pour son 41ème anniversaire, la foire de Clermont-Cournon déroule le tapis rouge pour la capitale britannique. Déjà présentée à Lyon, cette expo fait la part belle aux reconstitutions, avec la possibilité de s’asseoir sur le trône royal, de monter dans un bus à impériale, de sonner au 10 Downing Street, de marcher dans les pas des Beatles sur Abbey-Road ou d’arpenter la mystérieuse Tour de Londres. Les amateurs de selfies pourront s’en donner à cœur joie… Little Brian, la mascotte de l’expo, s’occupera quant à lui de guider les plus jeunes durant leur voyage outre-manche.

Une foire « so british » !
« L’exposition sera riche et foisonnante » souligne Catherine Merlot, directrice de la foire © E. Thérond

Londres : les Français l’adorent

« Ce sera une exposition riche et foisonnante. Pour l’occasion, le parking de la foire sera desservi par un vrai bus londonien à la place du petit train. Ce bus sera stationné à Jaude une semaine avant la foire » souligne Catherine Merlot, la directrice de l’évènement. Pourquoi Londres ? Parce qu’elle reste une ville très attractive, avec 18 millions de touristes en 2015. « C’est une des destinations préférées des Français » insistent les organisateurs. Mais surtout, Londres n’avait encore jamais donné lieu à une grande expo (voir l’interview du producteur par ailleurs.)
Comme chaque année, la foire déclinera une offre commerçante plurielle, avec des univers dédiés à la gastronomie, à la maison, à l’énergie, à l’automobile, aux aménagements extérieurs, à la motoculture ou au bien-être, pour n’en citer que quelques-uns. Au fil du temps, ce grand rendez-vous de rentrée se diversifie, occupe d’autres terrains, surfe sur de nouvelles tendances. Un exemple ? Le trail s’inscrit désormais dans le top cinq régional. 1.500 amoureux de pleine nature sont attendus cette année sur les différentes courses. Une nocturne sera même organisée pour la première fois !

Une foire « so british » !
Le quartier de Camden Town… Un must !

« Cheese Night » et mobilité électrique

« La foire de Clermont-Ferrand est dynamique. Ce sont des affaires, bien sûr. Mais il faut apporter à notre public autre chose que des stands commerciaux » indique son président Jacques Sauret. D’ailleurs, un autre évènement sera organisé pour les sportifs, un challenge de VTT à assistance électrique. Dans ce cadre-là, un village dédié à la mobilité électrique sera déployé durant le premier week-end. Toujours côté sport, signalons la création d’un univers de près de 400 m2 dédié à la santé et à la prévention.
Bar à champagne, salon de thé et goûter, studio d’inspiration déco, concept store avec des objets inédits à petits prix … Le cru 2018 de la foire réserve bien d’autres surprises aux visiteurs. Les animations ne seront pas en reste, avec une « Cheese Night » animée par le rock agricole des Flying Tractors, une « London Night » avec une playlist et un dress code de circonstance, mais aussi la journée « familles » avec Vulcania. Notons enfin l’organisation d’une grande tombola organisée en partenariat avec le magasin TSD. Au vu de ce programme, près de 150.000 personnes sont attendues à la Grande Halle d’Auvergne du 8 au 17 septembre…

Pratique. Toutes les informations sont sur www.foire-de-clermont.com


Une foire « so british » !
Il explique qu’il faut sept semi-remorques pour déplacer cette expo XXL

« Il y a tellement à dire sur Londres… »

Bruno Secondi est le co-producteur de l’exposition sur Londres avec Philippe Cassan

Comment avez-vous fait venir Londres à Clermont-Ferrand ?
Nous avons d’abord fait une étude de marché, puisque c’est une activité que nous démarrons. C’était assez intéressant. Il y a eu San-Francisco, New-York, Cuba, etc. mais curieusement Londres n’avait jamais été exposée. De surcroît, c’est l’une des villes les plus riches d’un point de vue culturel, cosmopolite ou historique. Il y a un maximum à dire sur Londres. Pour nous exprimer totalement, il nous aurait fallu 4.000 m2 ! Nous avons donc été obligés de nous cantonner sur les éléments les plus populaires et les plus représentatifs.

Comment avez-vous fait vos choix ?
Nous avons essayé de faire des choix radicalement différents. Par exemple, vous ne pouvez pas avoir quelque chose sur Londres sans parler d’Abbey Road. Par ailleurs, c’est aussi difficile de ne pas avoir la Tour de Londres. Le quartier alternatif de Camden est également une visite obligatoire. Mais on aurait pu aussi rajouter Westminster et plein d’autres choses…

Et Harry Potter ?
Non, car pour les productions cinématographiques, nous sommes limités par les droits. Idem pour James Bond…
L’expo a été testée à Lyon… Qu’est-ce qui a le plus fonctionné ?
On déplace l’expo un peu partout en France. Au passage, elle fait quand même sept semi-remorques ! Nous avons donc un retour d’expérience important. Ce qui a le plus cartonné, c’est l’espace royal de Buckingham Palace, suivi d’Abbey Road, de Camden avec la tête de punk et de Notting Hill… Gros succès également pour le comptoir à bières, où les visiteurs ont pu déguster de la Murphy’s. Car la bière ne va pas sans la culture anglaise (il rit) !

Partager

Laisser un commentaire