Une journée où les femmes apprennent à se défendre

 

Une journée où les femmes apprennent à se défendre
Le 26 novembre, les femmes pourront apprendre quelques gestes simples pour se défendre.(c) Rémi Dugne / La Montagne

« Déclic pour des claques », 5e édition, qu’on se le dise ! Vous êtes victimes de violences conjugales, de gestes déplacés ou de mains baladeuses ? Vous avez été ou avez peur d’être agressées ? Vous avez envie de dire stop aux violences ? Mesdames, c’est maintenant à vous d’agir. Alors que l’on parle beaucoup de harcèlement sexuel ces dernières semaines, la nouvelle journée de « Déclic pour des claques » tombe à pic. Dimanche 26 novembre, à l’Artenium de Ceyrat, il sera à la fois question de théorie et de pratique. Non seulement, cette journée est gratuite mais en plus, elle s’adresse à toutes les femmes, sans distinction d’âge.

Cette belle initiative, on la doit au Comité départemental de karaté et disciplines associées, qui, avec le soutien de l’ancienne Ligue d’Auvergne (aujourd’hui Zone interdépartementale), organise depuis quatre ans ce rendez-vous dans le cadre de la journée contre les violences faites aux femmes.

« On leur offre la possibilité d’apprendre quelques gestes simples d’auto-défense mais aussi la possibilité de prendre confiance en elles. Depuis 2013, plus de 900 femmes de la région sont venues participer à cette opération. La journée s’adresse à celles qui n’ont aucune notion des arts martiaux et qui sont où se sentent agressées. Il suffit parfois d’un petit déclic pour ne plus se laisser marcher sur les pieds. En fait, c’est un déclic pour éviter les claques. De quoi changer une vie », affirme Eliane Vergès, la présidente du Comité départemental de Karaté, à l’origine du projet.

Une journée où les femmes apprennent à se défendre
Eliane Vergès en compagnie de Richard Duligner et Pierre Damoiseau lors d’une précédente édition.

DES ATELIERS DE SELF-DEFENSE

Comme chaque année, la journée du 26 novembre se décomposera en deux temps : un accueil café à 9h45, suivi à 10 h de l’intervention de deux spécialistes, le docteur Julie Geneste, responsable des urgences psychiatriques au CHU de Clermont-Ferrand, et l’avocate Laure Vaillant. Leurs propos porteront sur les thèmes de la victimologie et de la légitime défense.

« C’est un binôme qui fonctionne bien. Toutes deux ont beaucoup de réponses à donner aux femmes puisqu’à la suite de leur intervention, un temps d’échange est consacré avec les participantes », précise Eliane Vergès.

A 14 h, tout le monde se retrouvera sur les tapis de l’Arténium. Plusieurs ateliers seront animés par des professeurs de karaté, viet vo dao ou yoseikan budo, tous diplômés d’Etat et issus des clubs de l’agglomération.

Renseignements et inscriptions gratuites auprès du Comité départemental 63 et de la ZID de karaté : Eliane Vergès (06.61.71.22.09) – Richard Duligner (06.09.39.37.12).

Laisser un commentaire