Cécile Blanchard : « la nutrition est un élément déterminant de la performance sportive »

Cécile Blanchard : « la nutrition est un élément déterminant de la performance sportive »
« La nutrition est devenue au cours de ces dernières années un élément majeur de santé publique », estime Cécile Blanchard.

Pharmacien de formation initiale, Cécile Blanchard vient de s’installer en tant que diététicienne-nutritionniste chez CryO’Moov, à Aubière. Ce centre de remise en forme propose du coaching sportif individuel, de l’aquabike et de la cryothérapie. Plusieurs professionnels y dispensent différents types de soins comme l’ostéopathie, la sophrologie et la naturopathie.

La prise en compte de la nutrition semble être un facteur assez récent dans le domaine du sport, qu’en pensez-vous ?

Cécile Blanchard – La prise en compte de la nutrition s’est considérablement accélérée dans le domaine du sport ces 20 dernières années avec les progrès de la biologie et de la physiologie. Cependant, on peut retrouver dans l’histoire du sport et celle des jeux olympiques en particulier un intérêt pour les régimes alimentaires censés améliorer les performances sportives. Il semblerait que le régime alimentaire des athlètes lors des tous premiers JO, durant l’Antiquité, était plutôt végétarien, riche en fibres, glucides et lipides. Ensuite, il y eut un changement radical avec la préconisation d’un régime riche en viande (cela concernait surtout les sports de combat). Puis la médecine s’est intéressée à la nutrition en préconisant un régime diététique adapté aux sportifs mais aussi pour maintenir en bonne santé les bien-portants et soigner les malades. Aujourd’hui, la diversité alimentaire est recommandée.

Quelle est la part de la nutrition dans les performances d’un sportif de haut niveau ?

La nutrition est un élément déterminant de la performance sportive. Toute la difficulté réside dans la diversité des disciplines sportives et dans le fait qu’il n’existe pas une seule diététique sportive mais plusieurs. Il faut les adapter en fonction des sports pratiqués, de l’individu, de son métabolisme, son âge, son niveau d’entrainement, de la période d’entrainement ou de compétition ou encore de récupération dans laquelle le sportif se trouve. La dépense énergétique et les besoins nutritionnels sont ainsi très variables. L’hydratation au même titre que l’alimentation est également déterminante dans l’objectif de la performance.

Le sportif amateur doit-il prendre en compte, lui aussi, ces paramètres que sont l’hydratation et la nutrition ?

L’alimentation du sportif amateur doit suivre les principes de l’équilibre alimentaire. Une alimentation équilibrée et diversifiée va fournir l’ensemble des macronutriments (protéines, lipides, glucides) et micronutriments (minéraux, vitamines et oligoéléments) nécessaires, et des apports énergétiques adaptés aux dépenses énergétiques en augmentant les apports glucidiques (féculents, pain, légumes secs…). Une hydratation suffisante et régulière tout au long de la journée fait partie intégrante de l’alimentation équilibrée.

Quels conseils pourriez-vous leur donner en la matière ?

Les principaux conseils vont être les suivants. Concernant les fruits et les légumes, il faut consommer 3 portions de fruits par jour, des légumes cuits midi et soir et des légumes crus au moins une fois par jour. Concernant le pain, les féculents, il faut en manger à chacun des 3 repas (petit déjeuner, déjeuner et diner), leur quantité est fonction de la quantité et de l’intensité de l’entrainement. Pensez à manger des légumes secs comme les lentilles, les haricots secs… 2 fois par semaine. Concernant les viandes, poissons et œufs, il faut en manger 2 fois par jour. La taille de la portion est théoriquement dépendante du poids du sportif. Pensez à manger du poisson deux fois par semaine dont un poisson gras comme les sardines, le saumon… Pour les produits laitiers, ils doivent être consommés à chaque repas (yaourt, fromage blanc, petits suisses…), on conseille 1 seul morceau de fromage par jour. On privilégiera aussi les matières grasses végétales pour assaisonner les plats comme les huiles d’olive, de colza ou de noix. Enfin, il est impératif de penser à bien s’hydrater avant, pendant et après l’effort. L’eau est la seule boisson indispensable.

Bien sûr, les problèmes de nutrition ne concernent pas que les sportifs. Dans nos sociétés où l’obésité gagne du terrain, est-il possible de modifier ses habitudes en la matière afin de perdre du poids ou dans le cadre d’une reprise de l’activité physique ?

La nutrition, bien sûr, ne concerne pas que les sportifs. Elle est devenue au cours de ces dernières années un élément majeur de santé publique. Une nutrition satisfaisante et l’amélioration de l’état nutritionnel de la population en général est un facteur de protection de la santé. Au contraire, malnutrition et sédentarité augmentent le risque d’apparition de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, d’obésité… Ainsi, une activité physique régulière et la limitation d’un comportement sédentaire associés à des conseils nutritionnels adaptés, participent, entre autres, aux éléments de base du traitement de l’obésité et de ses complications. Il n’est cependant pas toujours facile de changer ses habitudes de vie. Il est donc important de proposer et donner envie aux personnes sédentaires de pratiquer une activité physique en toute sécurité associée à une alimentation diversifiée et équilibrée pour qu’elles puissent en retirer les effets bénéfiques pour leur santé et se sentir mieux au quotidien.

Partager

Laisser un commentaire