Centre de formation partagé : un an après…

Centre de formation partagé : un an après…
Les responsables du Clermont Foot et de l’ASM, en compagnie de l’adjointe aux sports Christine Dulac-Rougerie, ont fêté leur premier anniversaire de vie commune.

Les dirigeants du Clermont Foot 63 et de l’ASM ont célébré le premier anniversaire du centre de formation partagé installé aux Gravanches. Impressions.

C’était un pari. Plutôt osé. Unir sur un même lieu des jeunes rugbymen et footballeurs, afin de parfaire leur formation, pouvait s’apparenter à une gageure. Car l’expérience n’avait jamais été tentée en France. Un an après la mise en service de leur centre de formation partagé, implanté sur le site des Gravanches, à Clermont-Ferrand, le Clermont Foot 63 et l’ASM ont dressé un premier bilan de cette aventure. Des noces de coton qu’ils ont célébré autour d’une petite tarte aux fraises et de quelques bulles de champagne pour le côté symbolique. Et à en croire les dirigeants, le pari semble gagné…

« Cet outil là a permis d’exploser nos statistiques. La saison dernière, nous n’avons jamais eu autant de joueurs qui ont évolué avec l’équipe première, 21 au total, soit 15 % du temps de jeu de l’équipe », se félicite Bertrand Rioux, le directeur du centre de formation de l’ASM Rugby.

Son homologue du foot, Pascal Zago, est sur la même longueur d’onde, après être monté dans le train au moment du départ en gare. « En arrivant ici, j’ai été bluffé par les installations. Nous avons neuf gamins qui font partie de l’effectif pro sur 26 joueurs. Cela fait 35 % et c’est très bien. Aujourd’hui, nous fonctionnons comme un club et comme une équipe. La base de la réussite, ce sont les hommes. Avec le recul, on se demande pourquoi cela n’a pas été fait avant. Ce projet est enrichissant, valorisant. Il permet d’avoir une ouverture », estime le technicien.

PROJETS SPORTIF ET PEDAGOGIQUE

Au niveau de la préparation physique, même si chaque discipline a ses spécificités, les échanges sont quotidiens comme l’ont souligné Maximilien Ferret (CF63) et Romuald Chesy (ASM Rugby), les deux préparateurs.

« L’outil est incroyable. Il permet d‘optimiser le potentiel de nos joueurs. Nos discussions autour de nos différentes pratiques d’entraînement sont très enrichissantes. Nous avons gagné également sur ce qui entoure la performance, à savoir la récupération, la réhabilitation des blessés et les relations humaines entre le staff et les joueurs. »

Du côté des études, la centaine de pensionnaires du centre bénéficient d’horaires aménagés afin de pouvoir s’entraîner quasi quotidiennement. Les jeunes rugbymen se partagent dans 13 établissements scolaires et universitaires de la Métropole, 7 pour les footballeurs.

« La mutualisation des moyens prend tout son sens quand il s’agit de l’accompagnement socio-pédagogique des joueurs », est persuadée Lauriane Dalle, responsable pédagogique à l’ASM Rugby, qui travaille conjointement avec Marion Rabeyrolles, en charge des footballeurs.

« Soutien, mise en place de formations, création du dispositif du Lycée de tous les talents… La mise en émulation des deux sections football et rugby a fait naître de multiples projets communs », observe cette dernière.

Au-delà, la mutualisation des moyens permet également de réaliser des économies. Des clubs professionnels de football et de rugby sont venus visiter les installations des Gravanches, intéressés par cette démarche originale. A l’échelon régional, d’autres disciplines sportives pourraient également s’unir. Surtout dans un contexte où les subsides publics ont tendance à devenir une denrée rare.


Centre de formation partagé : un an après…

Cantyn Chastang, Clermont Foot

Ces infrastructures sont exceptionnelles. Je pense qu’il n’y a pas mieux en France pour un centre de formation. Et même dans les clubs pros. La salle de musculation est fabuleuse, les salles de soins sont très spacieuses, les vestiaires au top. Tout est neuf. Maintenant, le centre dispose de terrains même si je ne m’entraîne plus ici. On rigole bien avec les rugbymen, on s’entend bien ensemble. Nous nous sommes fait des copains et nous nous retrouvons dans le cadre de nos études. C’est mon cas en DUT GEA, où je suis un cursus aménagé sur trois années. J’espère bien sûr terminer mon cursus et signer un contrat pro.

Centre de formation partagé : un an après…

Samuel Ezeala, ASM Rugby

J’entame ma quatrième saison à Clermont et j’ai découvert le centre l’année dernière comme les autres joueurs. C’est un truc de fou (il rit…), franchement exceptionnel et rare en France. Tous mes copains qui jouent dans d’autres clubs me disent que les infrastructures sont impressionnantes. Je trouve que cela confère une vraie sensation de professionnalisme qui existait moins auparavant. Cela nous pousse. Avec les footballeurs, on échange comme une bande de copains. Le centre nous permet de connaître d’autres façons de faire et même d’autres cultures. Personnellement, je suis en Terminale ES à Massillon.

Partager

Laisser un commentaire