Nicolas Sigaud récompensé à Aubière

Nicolas Sigaud récompensé à Aubière
Entouré de judokas et de proches, le sportif a reçu les médailles de la Ville et du Conseil départemental du Puy-de-Dôme © Emmanuel Thérond

Une médaille de la ville d’Aubière. Une autre du Conseil départemental… Mais aussi un diplôme en bonne et due forme. Nicolas Sigaud, l’entraineur du Judo Club Aubiérois, a été honoré il y a quelques jours dans la salle polyvalente de la Croisée-des-Vignes à Aubière. Emu, il était entouré de ses proches, de licenciés du club et des élus de la Ville et du Département.

Cette cérémonie venait récompenser le parcours sportif de l’intéressé, qui vient d’obtenir son 6ème dan avec la mention « excellent », dans la même promotion que « monsieur » Teddy Riner s’il vous plaît. Nicolas Sigaud entre ainsi dans le cercle très fermé des hauts gradés du judo français. C’est également lui qui entraîne l’équipe nationale d’un petit pays d’Afrique, le Bénin. Il est aussi éducateur sportif pour la Ville d’Aubière.

Au-delà du sport, les élus ont salué l’Homme, très attaché aux valeurs du sport en général, et du judo en particulier. Le maire Christian Sinsard, au nom du conseil municipal, a parlé d’une « personnalité très attachante » qui a choisi ce sport par « humilité ». Eléonore Szczepaniak, Conseillère départementale, a également salué les qualités humaines du judoka.

A travers l’association « Vous ne combattrez jamais seul », présidée par Michel Bandon, le club milite pour le don de moelle osseuse. Cette association est parrainée par Larbi Benboudaoud, entraineur de l’équipe nationale féminine de judo, champion du monde et vice-champion olympique. Le club aubiérois possède également une section de para-judo à destination des personnes handicapées.

C’est aussi cet investissement dans la société, au bénéfice des autres, qui a permis à Nicolas Sigaud de décrocher son 6ème dan. Il s’est également épanoui en voyageant dans de nombreux pays. « J’ai rencontré des personnes passionnantes et exceptionnelles. Ces voyages m’ont non seulement enrichi mais aussi appris la différence. Aujourd’hui, je pense que c’est une valeur très importante dans notre société. Il faut cultiver la différence » a-t-il insisté.

Partager