Azéma et les Jaunards revanchards

Azéma et les Jaunards revanchards

Avec le déplacement à Exeter ce week-end, l’ASM Clermont Auvergne entre dans le dur en Champions Cup. La non-qualification pour les quarts de finale la saison dernière est encore en travers de la gorge des Clermontois.

Info – Parlez-nous de Nathan Charles, le joker médical australien engagé suite à la blessure de John Ulugia, un cas à part dans le monde du sport professionnel puisqu’il est atteint de mucoviscidose ?
Franck Azéma –
Nous n’avons pas voulu prendre de risque à ce poste, surtout avec le début de la Coupe d’Europe. Il n’y avait pas grand-monde sur le marché mais le profil de Nathan nous a tapé dans l’œil. Il a été très réactif en plus et on a senti qu’il était très motivé par ce challenge. Il est venu ici rapidement, accompagné par sa femme.
Ce défi de la maladie, il le relève tous les jours. Ce n’est pas nouveau pour lui et c’est quelque chose qu’il maîtrise bien. Je retiens surtout que c’est un joueur de haut niveau et qui maîtrise tous les fondamentaux du poste. Il a un gros vécu d’international. Il y a deux ans, il était titulaire face aux Blacks dans le Four Nations. Sur une période si courte de trois mois, il faut quelqu’un avec une belle expérience, capable d’apporter un plus à l’équipe tout de suite. Je pense qu’il va être une bonne pioche.

I. – Après le championnat, voici la coupe d’Europe qui arrive, quelles sont vos ambitions dans cette compétition ?
F. A. – La non qualification la saison dernière nous est restée en travers de la gorge. Nous sommes donc un peu revanchards cette année. On veut aller chercher quelque chose de plus fort, forcément. Nous voulons le faire sur les deux tableaux mais particu-lièrement dans cette Champions Cup.

I. – Vous avez fait beaucoup tourner lors des derniers week-ends, est-ce le moyen d’entretenir l’émulation au sein du groupe ?
F. A. – Si nous pouvons le faire, c’est que ce groupe possède de réelles qualités. On sent qu’il y a une concurrence saine dans l’équipe. J’essaye d’aménager ça au mieux afin de conserver un maximum de fraîcheur pour les joueurs. Chaque fois que ces der-niers rentrent sur le terrain, j’ai envie qu’ils se donnent à 100 %. Surtout, je souhaite que l’on arrive au printemps avec toutes nos forces de disponible, tant physiques que mentales. L’ambition, c’est de faire mieux que l’an dernier, c’est-à-dire d’aller chercher un titre. Maintenant, sur une saison, il y a des passages obligés que l’on doit respecter. Et cela commence par la coupe d’Europe avec des matches quasi-éliminatoires à chaque fois.

I. – Que pensez-vous du retour de Vern Cotter en France la saison prochaine, à Montpel-lier précisément ?
F. A. – C’est bien. A partir du moment où il ne continuait pas avec l’Écosse, on pen-sait bien qu’il allait se retrouver dans le Top 14. Il arrive sur un terrain propice aussi, avec pas mal de choses à refaire mais il va disposer de moyens pour cela.

I. Que pensez-vous des suspicions de dopage aux corticoïdes à l’encontre de trois joueurs du Racing 92 ?
F. A. – Pour l’instant, je ne sais pas. Je ne suis pas dans ce club. A eux de vérifier les raisons. Il faut attendre. L’important, c’est que le rugby reste un sport propre et que le championnat ne soit pas entaché avec de telles histoires. Ce sont des choses sur lesquelles nous sommes vigilants.

Laisser un commentaire