Un plongeon dans l’histoire des Jaunards

Un plongeon dans l’histoire des Jaunards
Yves Meunier et Christophe Buron ont repris la plume

« Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage… ». C’est le principe appliqué à la lettre par Yves Meunier et Christophe Buron qui viennent de commettre une nouvelle édition de leur ancien best-seller « Les Jaune et Bleu de A à Z ». Mais cette fois, le nom de code a changé. Avec « ASM Toute une histoire », le duo a fait feu de tout bois. Préfacée par Aurélien Rougerie, rallongée, réorganisée et rajeunie… L’édition 2016 propose une lecture nouvelle de l’ASM Clermont Auvergne, club aujourd’hui plus que centenaire.

Il faut dire que Christophe Buron, journaliste en charge du rugby à La Montagne depuis 1995, et Yves Meunier, qui a suivi l’ASM pour France 3 de 1972 à 2007, connaissent par cœur la grande maison de l’avenue de la République.

« Depuis la précédente édition, nous avons enrichi la « collection » d’une soixantaine de noms, ce qui porte aujourd’hui le nombre de joueurs, entraîneurs et dirigeants répertoriés à 790. Les supporters retrouveront donc tous les hommes qui sont passés au club, y compris les joueurs actuels comme Rémi Lamerat, Aaron Jarvis ou Sitaleki Timani arrivés cette saison », soulignent les auteurs.

Si le second chapitre revient sur la période 1911-1925 ayant conduit l’ASM jusqu’à l’élite du rugby hexagonal, l’abécédaire final fait revivre quelques grandes dates du club (les finales notamment), tout en retraçant de nombreuses histoires et anecdotes. Quelques-unes d’entre elles sont d’ailleurs assez savoureuses. Bref, un ouvrage indispensable à tout supporter digne de ce nom.


  « ASM Toute une histoire » – 317 pages – Aux Editions Revoir. Disponible en librairie.

Un plongeon dans l’histoire des Jaunards

Une réponse
  1. Fabio at |

    Ces 2 compères ont flairé le « bon filon »

    j’ai acheté la 1ere edition de 2010, aujourd’hui c’est la 3eme : Pourquoi ne pas éditer une mise à jour ? avec les nouveaux chapitres et nouveaux entrants au Club

    on reste sur un gout amer de s’être fait arnaqué

    Réagir

Laisser un commentaire