Renault Koleos : un nouveau départ

Renault Koleos : un nouveau départ
La livraison est prévue au 1er trimestre 2020 © Image non contractuelle / Architecte Studio Losa

Renault a tout changé ou presque. Elégant, confortable et bien équipé, ce grand SUV devrait faire oublier à coup sûr la ligne quelconque de son prédécesseur. Prise en mains du côté d’Helsinki, en Finlande.

La première version n’avait pas démérité, possédant d’excellentes qualités dynamiques, mais avec une ligne fade au possible, sa carrière a (presque) fait un flop. Cette fois, Renault a retenu la leçon et rectifié le tir. Le nouveau Koleos n’a, en effet, rien à voir avec son prédécesseur. A commencer par le design, qui rappelle les récents modèles Talisman et Megane. Adepte d’un style affirmé et élégant, athlétique aussi, ce véhicule arbore une large calandre chromée et des feux arrières traversants qui soulignent un aspect robuste indéniable. Avec 4,67 m de long, 1,84 m de large et 1,68 m de haut, le grand frère du Kadjar en impose. Il sait à l’évidence soigner ses passagers avec des sièges enveloppants et une habitabilité record à l’arrière, un coffre modulable (de 579 L à 1795 L !), le tout agrémenté de rangements utiles. Le Koleos dispose même d’un attelage modulable qui peut tracter jusqu’à 2 tonnes de charge. Voilà qui peut être utile…

lIy a un côté germanique évident dans ce véhicule, qui n’hésite pas à jouer sur la fibre haut de gamme. Dans la version « Initiale Paris », qui coiffe les quatre finitions de la gamme, c’est sellerie cuir bicolore et surpiqures au menu. Côté finitions, c’est propre, bien agencé et sans fantaisie. On retrouve le grand écran vertical de 8,7 pouces avec le système R-Link 2, gèrant les aides à la conduite. Celui-ci est compatible avec les systèmes Apple Car play et Android Auto. Mention spéciale au nouveau système audio Bose, qui incite à monter le son.

Renault Koleos : un nouveau départ

VERSION 4×4 BAROUDEUSE

Curieusement, le Losange ne propose pas de moteur essence pour l’instant, se contentant de deux motorisations diesel suffisamment coupleuses et sobres, le dCi 130 et le dCi 175. Mais le constructeur pourra rapidement s’adapter si la demande en moteur essence s’amplifie comme sur d’autres segments. Les deux blocs peuvent être accouplés à la boîte automatique à variateur CVT X-Tronic d’origine Nissan. Cette dernière offre un bel agrément de conduite.

Pour le reste, les qualités routières sont au rendez-vous, sans surprise. Très bien suspendu, le nouveau Koleos est confortable à souhait, même avec les grandes jantes de 19 pouces. Grâce à une bonne insonorisation, il est possible d’aller vite sans s’en rendre compte. En Finlande, où nous avons pu l’essayer, nous nous sommes fait quelques frayeurs en raison de limitations de vitesse plus exigeantes qu’en France mais aussi d’un nombre phénoménal de radars. Etonnant Finlandais qui autorisent pourtant les automobilistes à rouler parfois à 80 km/h sur des pistes en terre ! Sur ce terrain glissant, le Koleos était à son aise. Même si ce n’est pas sa vocation première, la version 4×4 excelle en matière de franchissement. Sur l’atelier concocté par Renault dans la région d’Helsinki, ce SUV a su effacer les obstacles avec une facilité déconcertante, quand pour beaucoup d’autres de ses congénères, le parfum de l’aventure se limite à quelques trottoirs de ville !

En ce qui concerne les tarifs, l’ensemble a été revu à la hausse. La version d’appel débute à 29.900 € (version Life Energy dCi 130 4×2) tandis que la gamme culmine à 43.400 € avec la très exclusive version Initiale Paris dCi 175 4×4.

Partager

Laisser un commentaire