L’interprétation personnelle d’une situation

« Depuis des semaines, je suis attiré par une collègue de travail. Finalement, je me suis décidé à entamer une conversation. Lorsque je l’ai croisée, le cœur battant, les mains moites, je suis parvenu à articuler avec difficulté : « Salut ! ». Mais avant même que j’aie réussi à ajouter quoi que ce soit, elle avait passé son chemin sans même un signe de tête… J’étais mortifié. J’ai senti mon visage devenir écarlate et songé que j’étais vraiment vraiment nul. Mais, un peu plus tard, je l’ai croisé de nouveau. Elle était toute souriante. « Souvent femme varie » dit une phrase célèbre, mais là, je ne sais vraiment plus quoi penser. »

Vous avez raison de ne pas savoir quoi penser. Cela vaut mieux que de vous juger avec sévérité comme vous le faites. Votre émotion est intimement liée à votre interprétation de la situation. Votre réaction n’est pas en lien avec ce qui s’est passé, mais découle de l’explication que vous en faites. D’autres auraient ressenti de la colère, de la tristesse, du soulagement, de la tendresse… « Quelle grossièreté : m’ignorer de la sorte ! » « Tout le monde a été témoin. Quelle humiliation ! » « Ouf ! Je l’ai échappé belle. Au fond, je ne tenais pas tant que ça à aller plus avant » « Elle était perdue dans ses rêves. Comme elle est charmante. Je réessayerai plus tard… »
Cette interprétation, que vous donnez de la situation, a plus de conséquences sur votre organisme que les faits eux-mêmes. De manière en partie inconsciente, vous analysez les évènements qui surviennent et cela colore votre existence d’une manière bien particulière, qui est la vôtre. Les explications que vous donnez à votre propre comportement et à celui des autres, créent des émotions et influent sur elles. C’est un peu comme si un voile, tel un filtre, donnait le ton à votre vie.
Autant d’êtres humains, autant de voiles… autant d’êtres humains, autant d’interprétations personnelles. Des petits délires, pourrions nous dire, auxquels il vaut mieux ne pas attacher trop d’importance.
Si vous vous jugez vraiment nul, vous allez mettre un terme à vos tentatives de séduction, ce qui entretiendra cette mauvaise opinion que vous avez de vous-même.
Le chemin de « la conquête » peut être parsemé de faux-départs, de révisions pénibles, stimulé ou entravé par les circonstances. Mais votre interprétation peut aussi vous rendre aveugle aux réactions de cette femme pour laquelle vous éprouvez une attirance. Alors, osez écouter votre désir… et persévérez. Quoi qu’il advienne.

Partager

Laisser un commentaire