Royat : le prieuré mis en vente

Royat : le prieuré mis en vente
Une partie des locaux de l’ancien prieuré. 14 logements neufs seront créés à terme.

La ville de Royat a décidé de mettre en vente le prieuré qui jouxte l‘église Saint-Léger, l’un des bâtiments emblématiques de son territoire. La décision a été entérinée à la fin du mois de septembre lors d’un conseil municipal.

« Il était en très mauvais état et une partie des pièces subissait d’importantes infiltrations d’eau », explique Marcel Aledo, le maire de la commune.

Devant l’ampleur des travaux, chiffrés à plus de 3 millions d’euros, il n’était pas question pour la municipalité de s‘engager dans une nouvelle opération immobilière d’envergure alors qu’elle est en voie d’achever la création d’un « équipement communautaire de proximité » à vocation culturelle, implanté sur le site du Breuil.

Après la recherche d’un investisseur potentiel, la mairie s’est tournée vers la société R-S.com (Rachatsuccession.com). « On voulait trouver quelqu’un qui avait l’habitude de ce genre de chantier, puisqu’elle a déjà restauré de nombreux bâtiments historiques. »

Les deux parties sont tombées d’accord sur un prix de vente de 285.000 €. « C’est un prix qui a été fixé par le service des domaines. Il s’agit d’une vente réfléchie et responsable, réalisée dans un seul but : sauvegarder le patrimoine de la ville et l’embellir », insiste Marcel Aledo, qui se dit « serein » face à l’avenir du prieuré et à l’image rénovée du centre-bourg.

La signature du compromis de vente sera effective à la fin du mois de novembre. L’investisseur, lui, a prévu de créer dans l’ancien prieuré un programme de 14 logements neufs, allant du T2 au T4. La réhabilitation sera portée par le cabinet clermontois ACA Architectes & Associés. La phase de travaux ne devrait pas perturber les offices religieux qui se déroulent dans l’église voisine.

« Les travaux se feront avec l’accord et dans la concertation avec Bernard Lochet, Vicaire général du diocèse de Clermont, et Bernard Noël, prêtre de la Paroisse Sainte-Croix des Puys », précise le maire.

En attendant, des associations qui occupaient une aile du bâtiment ont été relogées ailleurs. Une dernière devrait l’être prochainement.

Partager