En 2018, l’immobilier se portait bien… Et pour 2019 ?

En 2018, l’immobilier se portait bien… Et pour 2019 ?
Tous les partenaires du secteur de l’immobilier

La semaine dernière, l’Observatoire de l’immobilier a révélé les résultats de son enquête. Tour d’horizon pour le logement.

Dans l’ancien, le nombre total d’actes de vente enregistrés en Haute-Vienne a progressé de 3% sur un an.

Pour les locaux d’habitation, l’augmentation est de 4% par rapport à 2017, une année qui était déjà considérée comme bonne.

Le nombre de ventes en l’état futur d’achèvement (VEFA) a augmenté par rapport à 2017, sans toutefois rattraper le niveau de 2016. Les ventes d’appartements se portent toujours bien ainsi que les ventes de maisons en périphérie de Limoges.

A Limoges même, les prix sont en augmentation en raison d’une demande active. L’année 2019 devrait rester dans cette dynamique.

Pour les investisseurs, avec un  rendement brut avoisinant les 8%, Limoges arrive dans le top 3 des villes les plus rentables en Nouvelle-Aquitaine, devant Niort et Poitiers. Grâce à des prix contenus, la ville est toujours connue pour proposer une rentabilité intéressante, ce qui attire les investisseurs extérieurs à notre région.

NEUF

Dans le neuf, le volume des ventes en état futur d’achèvement a légèrement progressé en 2018. Le marché est reparti sur de belles bases durant ces trois dernières années, mais cette tendance pourrait ne pas se confirmer en 2019 en raison de nombreuses contraintes réglementaires et administratives.

FONCIER

Question foncier, le marché est resté stable en 2018, avec des volumes identiques à 2017. Les prix des parcelles évoluent peu. Les surfaces continuent de diminuer. C’est à Limoges et dans sa couronne que les ventes sont les plus nombreuses. Le bassin de Saint-Junien continue également d’attirer les acheteurs.

La maison individuelle résiste après une année 2017 mitigée. Les autorisations de construire se sont stabilisées alors qu’elles sont en nette baisse au niveau national. Le prix médian des maisons individuelles n’a pas enregistré de hausse importante.

Le marché des primo-accédants a été impacté de façon négative par la suppression de l’APL accession et le reformatage du prêt à taux zéro. Les taux des crédits restent néanmoins très bas, avec une moyenne de 1,5% à 1,6%.

Pour 2019, les professionnels misent sur une stabilité des prix et des volumes avec des taux de crédits qui resteront très bas.

En 2018, l’immobilier se portait bien… Et pour 2019 ?
Comme toujours, l’amphithéâtre Vandermarcq était noir de monde

LOCATION

2018 est une année record avec une hausse importante du nombre de logements loués en raison d’un accroissement démographique significatif. La demande pour les logements neufs reste élevée, avec des loyers stables. Plusieurs nouveautés législatives notables ont été mises en place en 2018 à la suite de la loi Élan. Deux points importants intéressent particulièrement le secteur de la location : le bail mobilité qui vise notamment les locataires en mobilité professionnelle. Il concerne la location de logements meublés sur une durée de 1 à 10 mois. Ses modalités de conclusion et de résiliation sont souples ; et le bail numérique qui permet de dématérialiser un certain nombre de documents.

Photos : CCI 87

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.