Hélène PauliatAscension fulgurante

Présidente de l’Université de Limoges depuis 2012 Hélène Pauliat, professeur de droit public native de la région, n’a cependant pas renoncé à enseigner.

Hélène PauliatAscension fulgurante
Hélène Pauliat a fait toute sa carrière à Limoges.

L’enseignement se transmet-il par les gênes ? A voir le parcours de Hélène Pauliat, on est en droit de se poser la question. Son enfance a été bercé par le latin et le grec, ses parents enseignaient ces deux langues. « Disons que j’ai une lourde hérédité reconnaît-elle avec humour. Au départ j’envisageais de faire Sciences Po puis l’ENA et j’ai préféré le droit ». Bien lui en a pris. A 21 ans elle dispense ses premiers travaux dirigés à l’Université de Droit et Sciences économiques de Limoges. En1991, alors qu’elle n’a pas 25 ans, elle décroche un doctorat de droit public et son agrégation l’année suivante, devenant la plus jeune agrégée de France. « J’ai été nommée à Limoges alors que je ne m’y attendais pas, logiquement je devais partir mais ce concours nous permet de choisir une affectation, j’avais le choix entre Valenciennes, Brest et Limoges, je suis restée ». Sa carrière sera intimement liée à cette ville. Dès la rentrée 1992 elle est professeur de droit public, poste qu’elle occupe encore malgré son élection à la Présidence de l’Université. « Je tenais à rester enseignante car c’est le métier que j’ai choisi, je fais cinq heures de cours par semaine à tous les étudiants sauf les premières années comme ça je ne suis pas coupée des usagers. Après le cours certains m’alertent sur un problème, je peux le régler directement et c’est bien comme cela. Et comme je ne suis pas présidente à vie, le retour à mon métier sera moins brutal ! » lance-t-elle lucidement.
Depuis vingt ans Hélène Pauliat a gravi tous les échelons même ceux qu’elles n’ambitionnaient pas. Si depuis quinze ans elle est directrice de l’équipe de recherche de l’Observatoire des mutations institutionnelles et juridiques, elle a multiplié les postes à responsabilités : Directrice de l’Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques, Directrice de l’École doctorale Droit et sciences économiques puis de l’École doctorale des Sciences de l’Homme et de la Société, Directrice adjointe de la mission de recherche droit et justice, membre de l’Institut Universitaire de France, Doyen de la Faculté de droit et de sciences éco. de Limoges de 2005 à 2010 et Vice-Présidente de l’Université les deux années suivantes aux côtés de Jacques Fontanille qu’elle a remplacé. Depuis un an elle préside la Commission des moyens et des personnels de la Conférence des Présidents d’Université.
Les journées d’Hélène Pauliat sont donc bien remplies mais elle avoue qu’elle ne pourrait assumer ses fonctions sans le soutien de son équipe. « Ce n’était pas une décision personnelle de me présenter à l’élection, nous avions décidé d’y aller ensemble avec trois collègues de l’équipe sortante ». Deux ans après la juriste a pris la mesure du chemin parcouru. « J’ai une vision globale de la situation que je n’avais pas avant. Un Président d’Université ne passe pas son temps enfermé dans son bureau à gérer des dossiers. On est confronté à des problèmes, je suis à l’écoute du terrain, je prends du temps pour traiter une question. Dans cette fonction il faut être humble, on ne peut jamais dire qu’on connaît tous les dossiers mais ma formation m’a facilité la tâche pour la lecture de certains textes et il en sort beaucoup ». Pour décompresser Hélène Pauliat joue au tennis, un sport qu’elle pratique depuis l’enfance, aligne les longueurs de bassin et profite de ses voyages en train et en avion pour lire.

Corinne Mérigaud
Photo : Yves Dussuchaud
Hélène Pauliat a fait toute sa carrière à Limoges.

 

Partager

Laisser un commentaire