Génocide des Tutsi : 1 million de morts en trois mois

Génocide des Tutsi : 1 million de morts en trois mois
Richard Jezierski, le directeur du centre de la mémoire, présente cette exposition qui se décompose en trois parties

Jusqu’au 30 avril 2020, le centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane présente une nouvelle exposition sur le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994. Interview de Richard Jezierski, le directeur.

Info Haute-Vienne : Comment est née l’idée de cette nouvelle exposition ?

Richard Jezierski : Dans le cadre du 25anniversaire du génocide des Tutsi, et après avoir consacré une série de manifestations liées à cet événement, dont un colloque international au mois de mai dernier, nous présentons cette nouvelle exposition temporaire, qui est une reconfiguration d’une exposition créée par le Mémorial de la Shoah il y a cinq ans pour les 20 ans du génocide. En s’approchant au plus près des lieux, des objets et de la parole des acteurs sociaux, il s’agit de redonner à l’événement sa complexité historique. Mais sans jamais oublier sa dimension tragique.

Info : Comment se présente l’exposition ?

R.J. : Avec une scénographie particulière, composée notamment de voiles sur lesquels apparaissent des textes et des témoignages, l’exposition vise à faire entrer le visiteur dans la matérialité des massacres et à approcher l’événement par une narration centrée sur les objets, les archives, vidéo, écrites ou sonores, suivant un parcours en trois parties. « Comprendre l’événement » est le récit de l’« avant », qui décrit la séquence chronologique 1990-1994. Il rend compte de la mise en place d’un dispositif idéologique et pratique qui sera réinvesti dans la violence pendant le génocide. Sont ainsi évoquées, la radicalisation du jeu politique et la naissance du « Hutu Power » ; la mise en place de l’autodéfense civile en mobilisant ici des archives administratives ; et la constitution des milices. « Entrer dans l’évènement » retrace la période d’avril à juillet 1994. Dès le 7 avril 1994, après la mort du président Habyarimana la veille, la campagne d’extermination des Tutsi débute : un million de personnes périssent au cours du dernier génocide du XXsiècle. Exécutés en un temps très bref, les massacres se révèlent d’une redoutable efficacité. Prises dans l’étau d’un Etat criminel et du retournement meurtrier de leurs voisins, les victimes furent traquées et assassinées dans des lieux réputés inviolables : églises, écoles, hôpitaux, collines… Enfin, dans « Vivre avec l’événement : l’après-coup », deux thèmes sont évoqués : la justice avec les juridictions Gacaca et le Tribunal pénal international pour le Rwanda, et la mémoire, avec la mise en place des mémoriaux du génocide et des commémorations. L’exposition propose aussi, dans des espaces dédiés, des témoignages de survivants et de sauveteurs, ainsi qu’un espace consacré aux « idées reçues » où sont reprises et expliquées quelques notions souvent entendues sur cet événement.

Génocide des Tutsi : 1 million de morts en trois mois
L’exposition a bénéficié de prêts d’objets originaux de la part du Mémorial de Kigali-Aegis Trust au Rwanda

Info : Pour vous, cette exposition temporaire s’intègre dans les « missions » du centre de la mémoire ?

R.J. : Les fondamentaux du centre de la mémoire sont d’informer les visiteurs sur la barbarie nazie, le massacre des 642 civils morts le 10 juin 1944. Mais nous avons également vocation à évoquer des événements contemporains. Si le centre de la mémoire ne le fait pas, qui va le faire ? Le tout un chacun ne se souvient pas ce qui a pu se passer il y a 25 ans. Il est de notre devoir de parler de ces conflits internationaux dans un lieu comme le nôtre, afin que la mémoire ne se délite pas.

Tarifs entrée : 2€/individuel ; 0,50€/élève pour les groupes scolaires

Réservations groupe : 05.55.430.439. ou reservations@oradour.org

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.