3 questions à… Etienne Dumont Saint-Priest

Le fonds studio Gaumy-Rouveroux a été inauguré récemment à La Geneytouse. Un lieu unique en France pour écouter de vieux microsillons.

 « Le disque de sa vie »

3 questions à... Etienne Dumont Saint-Priest
« Un lieu unique en France ».

Info. Pourquoi avez-vous ouvert ce lieu ?
Etienne Dumont Saint-Priest. Le projet est né suite à la liquidation de la Fondation La Borie où un ami musicologue, Jean-Jacques Rouveroux, avait déposé sa collection de vinyles, documents musicologiques et DVD. Il souhaitait les stocker à la Maison du Berger. L’opération a été menée en septembre 2015. Dans le même temps, un ami commun Christian Gaumy, ancien responsable de la bibliothèque universitaire de Limoges, cherchait un lieu pour déposer ses disques. Nous avons tout entreposé dans une grange. Jean-Jacques étant gravement malade, nous devions rapidement trouver une solution pour mettre ces vinyles à disposition du public dans un endroit dédié. Le projet 10.000 vinyles était né, il restait à construire un bâtiment contre l’actuel auditorium, géré par notre association Plan de Culture. Son financement de 16.000 € a été possible grâce aux économies de l’association reconnue d’intérêt général l’an dernier, aux dons ouvrant droit à une déduction fiscale de 66% (plus de 3.000 € reçus) et à un investissement personnel. Grâce aux artisans, le bâtiment a été achevé en avril et Jean-Jacques l’a découvert deux semaines avant son décès, ce qui l’avait empli de plénitude. Nous avions longtemps cher-cher un nom car le terme vinylothèque nous déplaisait. Le terme fonds évoque l’idée que ces documents sont déposés et ne seront pas prêtés, le studio fait référence à la partie études car des élèves du Conservatoire pourront, par exemple, écouter différentes interprétations d’une même œuvre.

I. Quels styles musicaux pourront écouter les mélomanes ?
E. D.S P. Aujourd’hui, 6.000 vinyles sont à disposition et nous en attendons encore 4.000 de la succession de Jean-Jacques qui devrait être réglée d’ici fin mai. Nous serons certainement les seuls en France à disposer 10.000 disques, essentiellement de la musique classique et lyrique, également 800 titres de musiques du monde, jazz, de la variété, une collection unique de 500 chants de Noël, des DVD danse et opéra ainsi que des cassettes vidéo. Nous allons également proposer l’écoute de 78 tours lorsque j’aurai récupéré le gramophone offert par Jean-Jacques. Une collaboration est actée avec l’Institut de la Voix, orientée sur l’évolution de la voix chantée et parlée. En outre, toute personne pourra déposer un disque qui a marqué sa vie, avec l’idée de transmission à ses descendants. Ce sera comme le Panthéon du vinyle ! Pierre Henri Xuereb, professeur au Conservatoire de Partis et ami de Jean-Jacques, a déposé le premier le mois dernier, un 33 tours de Yehudi Menuhin qu’il a dédicacé. J’ai donné le 33 tours de mon enfance « Chants de Noël » de Paulette Rollin. Nous n’avions que deux disques à la maison et ma mère nous autorisait à écouter celui-ci seulement entre le 23 décembre et le 1er janvier…

I. Comment le public consultera-t-il à ce fonds vinyles ?
E. D.S P. L’accès sera gratuit après adhésion à l’association Plan de Culture (15€ par an). Les disques pourront être écoutés sur place ou dans l’auditorium attenant, nous espérons une ouverture en mai. Les modalités précises restent à définir mais le fonds studio devrait être ouvert au public d’avril à octobre, voire après sur demande pour des raisons de coût de chauffage. Un important travail va être mené par Dominique Desmond, artiste lyrique, et Mireille Podeur, responsable du département musique ancienne au Conservatoire de Limoges afin de répertorier et classer les disques. Certains sont rares comme, par exemple, le 33 tours « Chansons populaires » par Yves Montand , « And his not five » l’un des premiers disques de Louis Arsmtrong ou le 45 tours « Bonnie and Clyde » de Gains-bourg et Bardot.

Contact : 05.55.09.73.79.
Corinne Mérigaud

 

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.