Graines d’entrepreneurs

Graines d'entrepreneurs
Marie Couvidat et Valentin Gayerie, lauréats du concours régional PEPITE.

A vingt ans, ils rêvent d’être entrepreneurs. Le dispositif PEPITE leur a permis de mettre le pied à l’étrier.

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années », écrivait Corneille dans « Le Cid ». La citation colle parfaitement à ces jeunes entrepreneurs qui, à peine sortis de l’adolescence, enfile le costard cravate qui convient mieux à leur nouvelle position sociale. Le dispositif PEPITE (Pôle Etudiant Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat) permet aux étudiants de concrétiser leur projet de création durant leurs études. Rattaché à l’IAE, celui de l’Université de Limoges s’est fixé comme objectif de sensibiliser et de former les étudiants à la culture entrepreneuriale, tout en les accompagnant dans leurs démarches.

Succès

Depuis 2013, les bacheliers scolarisés ou les diplômés de moins de trois ans peuvent mener leurs études parallèlement à leur projet de création. La quatrième promotion qui a démarré en septembre démontre un engouement grandissant. « Chaque année, l’effectif augmente constate Vincent Jolivet, Directeur de l’IAE, dix étudiants dans la première promotion, quinze dans la seconde, trente dans la troisième et il faut ajouter plus de 200 étudiants par an qui ont suivi une sensibilisation avec nos partenaires notamment Campus Entrepreneur. Deux jeunes sur trois sont intéressés par la création d’entreprise. Ainsi, ils ont l’opportunité de creuser une idée durant leurs études et de profiter pleinement de leur réseau. En outre, notre objectif est de développer l’emploi sur le territoire, l’entrepreneuriat est l’une des réponses. Un étudiant entrepreneur, même s’il n’a pas créé pas son entreprise, n’est pas en situation d’échec car il aura certifié des compétences qui ne peuvent s’acquérir autrement ». Pour faire face aux cohortes plus importantes attendues d’ici à 2020, l’Université va lancer début 2018 une communauté d’étudiants entrepreneurs. « Nous croyons à l’entraide entre ceux qui sont sortis et ceux qui vont arriver pour partager les compétences et assurer le continum ».

Graines d'entrepreneurs
Vincent Jolivet, directeur de l’IAE « deux jeunes sur trois se disent intéressés par la créa-tion d’entreprise ».

Skier autrement

A 22 ans, Marie Couvidat prépare un Master « contrôle de gestion et audit » à l’IAE de la Sorbonne après une licence d’économie à l’Université de Limoges. Son camarade Valentin Gayerie, 21 ans, suit un Master « Système d’information de l’entreprise » à Paris- Dauphine. « Nous avons participé au Challenge Destination Entreprise organisé par la CCI en créant une entreprise fictive raconte l’étudiante. Pour le business plan, nous avions contacté un gestionnaire de station de ski qui a été intéressé par son système de gestion des services proposés par une station, notamment pour limiter l’attente aux remontées mécaniques. Il nous a demandés de creuser l’idée pour créer une véritable entreprise ». En dernière année, les apprentis patrons découvrent PEPITE et deviennent étudiants entrepreneurs. Outre les cours classiques, ils suivent des enseignements spécifiques pour acquérir des compétences particulières. « Ce statut permet aux étudiants de se confronter au monde de l’entreprise, il m’a aussi permis d’intégrer un bon Master » ajoute Marie. Dispensés de certains TD, ils ont ainsi pu se dégager du temps. « Ce statut nous a apporté quelques facilités confirme Valentin, nos professeurs nous libéraient pour des rendez-vous liés au projet. Nous avons suivi des formations grâce à des intervenants et bénéficié des conseils avisés de Maguy Rousselle qui nous accompagnait. Cela nous a permis de prendre du recul ».

Skilling a pour but de géolocaliser les skieurs afin d’améliorer leur flux. Un prototype sera testé cet hiver à Font-Romeu. Une levée de fonds de 100.000 € est prévue dans 18 mois et 300.000 € à terme, avec un usage commercial dans deux ans. « Lorsqu’on a 19 ou 20 ans et qu’on veut créer son entreprise, c’est important d’être accompagné par des gens expérimentés conclut Valentin. Après mes études, je travaillerai dans notre entreprise qui sera basée en Nouvelle-Aquitaine ». Le tandem a reçu le premier prix du concours régional PEPITE Tremplin (2.500 €) et a été sélectionné pour la finale nationale avec deux autres lauréats parmi les cinq primés en Limousin.

Graines d'entrepreneurs
Plus de 50 étudiants entrepreneurs en quatre ans.

Espaces partagés

Gérant de OneGates, Benjamin Laporte est passé à l’étape supérieure avec « Néop », une solution connectée qui sera disponible sur tous les portables pour accéder à des espaces partagés à distance et suivre leur activité. Après un DUT génie mécanique, une classe préparatoire ATS et un double diplôme ENSIL et IAE, il a opté pour ce statut. « J’ai d’abord trouvé un camarade avec lequel je me suis associé, puis nous avons travaillé sur le projet durant nos études raconte-t-il. Sans ce statut, cela ne se serait passé comme de la sorte. Nous nous sommes lancés plus facilement, nous avons gagné du temps et l’ENSIL a participé à l’intégration de ses porteurs de projets ». Dans deux mois, il quittera l’incubateur et lancera une levée de fonds de 400.000 € pour commercialiser la solution dans les prochaines semaines.


Corinne Mérigaud
Photos © IAE et C. Mérigaud

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.