Philippe Pauliat-Defaye « A Limoges, nous n’affichons pas le livre comme un produit marketing »

Philippe Pauliat-Defaye « A Limoges, nous n’affichons pas le livre comme un produit marketing »

Les 3, 4 et 5 mai aura lieu Lire à Limoges. Un événement majeur, où sont attendus près de 300 auteurs. Rencontre avec Philippe Pauliat-Defaye, adjoint au maire en charge de la politique culturelle.

Info Haute-Vienne : Que représente Lire à Limoges pour la Ville ?

Philippe Pauliat-Defaye : Lire à Limoges est un événement majeur de la politique culturelle menée par la Ville de Limoges, au-delà des trois jours au mois de mai, grâce à la labellisation « Lire à Limoges » que nous accordons à des manifestations, ce qui nous permet de tisser un fil rouge durant toute l’année.

Info : Le choix de l’affiche est drôle et audacieux…

P.P.-D. : Cette année, l’affiche comporte cette phrase : « Pas de livre sur l’affiche mais plus de 300 auteurs sous le chapiteau ». A Limoges, nous n’affichons pas le livre comme un produit « marketing ». Notre politique culturelle est basée sur la rencontre avec des livres, des oeuvres nouvelles, des auteurs, des histoires et des vies qui finalement peuvent rappeler la sienne.

Info : Mais ce qui se passe sous le chapiteau a quand même son importance ?

P.P.-D. : Ce chapiteau est comme une grande librairie, où tout le monde est le bienvenu, sans élitisme aucun. Le livre est l’occasion de faire une pause, de se laisser porter par une écriture, par quelqu’un qui a fait l’effort de mettre en page une vie, une passion, une faiblesse qui peut, par exemple, rassurer le lecteur, se disant alors qu’il n’est pas le seul à souffrir. Et ce quel que soit l’ouvrage : roman, livre jeunesse, BD, policier, témoignage…

Info : Quel est le budget alloué à Lire à Limoges ?

P.P.-D. : Quand nous sommes arrivés à la mairie, il était de 300 000€ alors qu’il est de 498 000€ pour l’édition 2019. Depuis l’année dernière, nous rémunérons les auteurs pour leurs prestations (hors signatures) lors de rencontres, de grands entretiens, conformément au dispositif du Centre national du livre, qui nous a accordé sa reconnaissance, ce que Lire à Limoges n’avait jamais obtenue depuis sa création. De plus, l’organisation du Prix Régine Deforges, qui est un vecteur important de notoriété, a un coût. Nous sentons d’ailleurs un vrai frémissement par rapport à ce prix, car nous recevions 45 à 50 livres et cette année, les maisons d’édition nous en ont envoyés 84. Le lauréat obtient une gratification de 3 000€, ce qui est loin d’être anodin dans le montant des prix en général. Nous assumons également la promotion du livre à hauteur de 20 000€.

Info : Quelles sont les nouveautés de l’édition 2019 ?

P.P.-D. : Outre un stand sur le livre numérique, il y aura à l’Opéra des projections, avec le documentaire « Goscinny, notre oncle d’Armorique » ou « La délicatesse » de David Foenkinos, le président de cette édition. On peut évoquer le Cluedo géant ou encore l’hommage de Max Eyrolle à Pierre Digan, un sculpteur, qui a créé la galerie Obia à Limoges.

Info : Le Petit Nicolas va avoir un bel anniversaire…

P.P.-D. : Le Petit Nicolas va fêter ses 60 ans en occitan avec Lo Pitit Nicolau en lemosin en présence d’Aymar du Châtenet, son éditeur. Une grande fête avec les enfants, la reconstitution d’une salle de classe, un concours, une exposition à la Fondation Bernardaud… seront au coeur de cet anniversaire, avec également l’inauguration de la place Sempé et Goscinny, sur l’esplanade de la Bfm du Val de l’Aurence.

Info : Quels sont vos coups de coeur ?

P.P.-D. : J’ai un vrai coup de coeur pour le président David Foenkinos, qui ne participe plus aux salons du livre. Or, comme Limoges a été l’un des premiers à l’accueillir, il a accepté la présidence en précisant qu’il souhaitait s’impliquer lors des rencontres avec les lecteurs… En second lieu, il y a la Masterclass philosophie avec la philosophe Fabienne Brugère sur le thème de l’hospitalité, qui est en pleine actualité avec les élections européennes, le déracinement des populations et les réactions du monde, qui ne sont pas toujours ce à quoi on s’attendait…

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.