Trop bon pour être jeté

Trop bon pour être jeté
Too Good To Go est une plateforme collaborative anti-gaspillage

Arrivée sur Limoges en 2017, Too Good To Go est l’application leader de lutte contre le gaspillage alimentaire. Tour d’horizon du phénomène.

Vous les avez sans doute remarqués dans votre commerce favori, ces consommateurs d’un nouveau genre. A peine rentrés, se dirigeant directement vers la caisse, leur téléphone portable à la main, ils repartent quelques secondes après avec un panier qu’ils n’ont pas choisi. Ce sont des anti-gaspilleurs, utilisateurs de l’application pour smartphone Too Good To Go.

GENÈSE

Alors qu’elle travaille chez Nestlé au Royaume-Uni, Lucie Basch, ingénieure française, diplômée de l’École Centrale, claque la porte du géant de l’industrie agro-alimentaire à seulement 25 ans. Parce qu’elle ne se reconnaît plus dans ce monde, elle décide de se consacrer dorénavant au gaspillage alimentaire, un des grands défis de nos sociétés contemporaines. Elle crée alors une plateforme collaborative, qui permet à chacun de s’engager, implantée depuis juin 2016 à Paris sous le nom de Too Good To Go.

Forte de son succès dans la capitale, l’application s’est depuis rapidement propagée sur tout le territoire national et même à l’étranger comme à Londres ou Berlin. Le principe est simple : elle permet de réserver un panier « surprise » chez un commerçant partenaire, composé intégralement de produits arrivant à péremption, à prix très réduit mais sans choix possible.

Trop bon pour être jeté
Lucie Basch est la créatrice de Too Good To Go

CHIFFRES

Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3e émetteur mondial de CO2. Un tiers de la nourriture produite dans le monde est jeté, soit 1,3 milliard de tonnes par an. Partie de ce constat, l’application française s’est imposée sur le continent européen par son efficacité. En 2018, elle a permis de sauver 3 millions de repas, et ambitionne désormais de réduire de moitié le gaspillage à horizon 2025.

En Haute-Vienne, le mouvement est plus modeste mais en plein essor. Sur Limoges, Too Good To Go possède 31 commerçants de bouche partenaires, une quarantaine si on prend en compte tout le département. Les 4 500 utilisateurs haut-viennois ont par ailleurs sauvé 22 000 repas depuis septembre 2017.

Le prix d’un panier varie entre 2 et 4€ pour le consommateur, pour un contenu dont la valeur marchande navigue entre 8 et 12€. Le commerçant reverse à l’application 1€ pour chaque panier vendu.

Trop bon pour être jeté
Victimes de leur succès, les paniers partent parfois en quelques secondes dès leur mise en ligne

PARTENAIRES

Sur Limoges, les entreprises partenaires sont en augmentation régulière, et se distinguent surtout par leur diversité. Si l’on retrouve un certain nombre d’enseignes portées sur le bio (Planète Nature, Naturalia, Biocoop), opposées au gaspillage de par leur nature écologique, les boulangeries sont, elles, encore plus nombreuses (La Mie Câline, Paul, Patàpain, Vareille).

Mais la fibre anti-gaspi touche également des commerces plus traditionnels, comme la charcuterie Duprat ou la poissonnerie Ribet-Beyrand, preuve que la cause n’est pas réservée aux végétariens. Encore plus surprenant, la grande distribution (Carrefour City, Cora) y participe depuis peu, consciente du bien-fondé pour diminuer ses pertes.

Pour davantage de solidarité, il est également possible de faire un don de panier aux Restos du Coeur, qui sera redistribué aux plus démunis.

CONSEILS

Les horaires de collecte des paniers sont soit en fin de journée, soit sur l’intégralité des plages d’ouverture du magasin. Attention cependant lors des réservations, ne désespérez pas si vous ne trouvez pas un panier disponible chaque jour. Victimes de leur succès, les paniers partent parfois en quelques secondes dès leur mise en ligne.

Les contenus sont aléatoires et très variables d’un jour à l’autre. L’application fournit en outre sur son site internet un livre blanc expliquant les dates de péremption et de consommabilité.

Il est recommandé de venir récupérer son panier avec son propre sac ou contenant pour utiliser le moins d’emballage possible.

Trop bon pour être jeté
Annie est devenue une inconditionnelle

AU QUOTIDIEN

« Les pertes justement, sont devenues quasi inexistantes, confie Sandra, la responsable chez Naturalia, adhérente depuis deux mois. C’est la réponse la plus adaptée pour une éthique écologique anti-gaspillage. La mise en place est facile pour le commerçant, et nous apporte même de nouveaux clients ». Même son de cloche du côté de Tanaïs, assistante de direction à La Mie Câline, qui a été démarchée par l’application depuis mai 2018. « Nos cinq paniers quotidiens sont réservés rapidement, nous en ferions davantage si nous ne donnions pas déjà à la Croix-Rouge ».

Si le succès est réel pour les professionnels, la satisfaction est également présente côté clients. Qu’ils soient habitués ou utilisateurs occasionnels, ils ont adopté le réflexe facilement malgré leurs profils parfois très différents. Annie, 64 ans, a découvert l’application grâce à sa fille et est désormais une inconditionnelle : « Je réserve au minimum un panier chaque semaine. Ce que j’aime, c’est ne pas savoir ce qu’il contient avant d’être rentrée chez moi. Je dois alors faire preuve d’ingéniosité pour concocter des recettes ». Simon, 23 ans, connaît le principe depuis peu mais ne cache pas non plus son enthousiasme : « Ce qui m’a attiré, c’est bien sûr l’aspect économique, en tant qu’étudiant c’est important, mais aussi de me retrouver dans des magasins vers lesquels je ne serais jamais allé tout seul ».

Le système gagnant-gagnant de Too Good To Go a conquis les Limougeauds et révélé chez eux une vraie capacité à s’adapter à de nouveaux réflexes écologiques et à une économie collaborative.

Paul Herbach
Photos : D.R.

Trop bon pour être jeté
Sur Limoges, Too Good To Go possède 31 commerçants de bouche partenaires
Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.