Orelsan : un rappeur sur les bancs de la fac

Orelsan : un rappeur sur les bancs de la fac

Orelsan, le célèbre rappeur « au même endroit que Balavoine », est venu à la faculté de lettres et sciences humaines de Limoges, accompagné de son producteur Skread et de son manager Ablaye, dans le cadre d’une masterclass.

Loïc Artiaga, le responsable du master Création Culturelle et Industries Culturelles, et l’association Horizons Croisés sont à l’initiative du projet. Ils ont permis la venue d’Orelsan, en contactant la production de celui-ci. La suite ? Ce sont les étudiants du master CCIC et notamment l’association étudiante La Péponne – qui a pour but de favoriser la promotion et la médiation culturelle – qui se sont occupés de tous les détails. « On a proposé le projet aux étudiants dès la rentrée. Ils ont été mis dans la situation de cas pratiques de fabrique d’événements, qui est ce à quoi ils seront confrontés plus tard », explique Loïc Artiaga. Alors tous ont mis leurs expériences, leurs compétences à profit pour faire en sorte que l’événement se déroule de la meilleure des façons. Et l’objectif a été largement rempli.

Masterclass réussie

Alors une masterclass, c’est quoi ? « C’est comme un cours, mais en moins chi.. ; et c’est comme une interview mais sans les coupures pubs » : voilà comment le responsable du master a posé les bases de l’événement devant les trois invités et les quelque 400 étudiants. Effectivement, c’est dans une ambiance agréable que le rappeur et ses acolytes se sont prêtés, pendant une quarantaine de minutes, au jeu des questions/réponses proposé par les étudiants du master. Au programme : ses impressions sur le fait de venir dans une université, son nouvel album, son processus de création, le choix de ses thèmes… Aucun sujet n’a été négligé par Orelsan qui a répondu à toutes les questions avec son style atypique, ce qui a souvent entraîné les rires de l’assemblée et contribué à la bonne ambiance générale.

Les étudiants et les invités ont eu le droit à une autre surprise, un petit intermède musical de rappeurs locaux : ZD et le groupe Variously. Une expérience riche en émotions et qui sera à coup sûr bénéfique pour l’avenir de ces jeunes artistes en devenir. « On avait le trac mais on était préparé. On a eu des bons retours et même Orelsan a dit qu’il avait aimé notre prestation », s’est félicité l’un des deux rappeurs du groupe Variously.

Des retours positifs

Une fois Orelsan reparti, et la pression redescendue, l’heure était aux réactions à chaud. Anaïs Pascal, la présidente de La Péponne, pouvait se targuer avec son équipe, d’avoir organisé un événement qui a fonctionné et qui a plu. « Orelsan a répondu à nos attentes. Maintenant, on espère qu’on aura l’occasion de faire venir d’autres artistes », a-t-elle dit soulagée. Marion, étudiante en Master de lettres, a elle aussi apprécié ce moment d’échanges : « Je suis heureuse de l’avoir vu. Les questions posées étaient pertinentes ». Même son de cloche pour Daniel Ruff, doyen de la FLSH : « C’est un très beau projet pour lequel j’ai signé tout de suite. Je suis fier de mes étudiants et je remercie Orelsan d’avoir donné de son temps gratuitement. »

Épilogue*

« Le plus important, c’est ce qu’on apprend soi-même, c’est d’avoir des passions. Il faut casser les barrières », un message porteur de sens pour Orelsan, qui a longtemps été à la poursuite du bonheur, qui aujourd’hui a chassé les petits diables sur son épaule et qui dans un futur proche va pouvoir continuer de trouver les mots justes pour un nouvel album.

*Titre du dernier album d’Orelsan

Ugo Chauviré
Photo : U.C.

Partager

Laisser un commentaire