L’icône de sa communauté

 

L’icône de sa communauté

Champion de France et intercontinental poids lourds, Cyril Léonet, dit «Aldo», remet son titre en jeu samedi 18 février à Paris. Un combat qui sera suivi par de nombreux gitans, une communauté dont il revendique avec fierté son appartenance.

Avec ses yeux bleus et sa peau blanche, difficile de penser que Cyril Léonet est gitan, et pourtant.
Un petit indice, sous la forme d’un hérisson imprimé sur son tee-shirt, laisse deviner ce qu’Aldo, comme tout le monde le nomme, revendique sans détour.
« Je suis fier d’appartenir à la communauté des gens du voyage, mais aussi à la France, ce pays dans lequel je suis né », lance-t-il, avouant frissonner lorsque la Marseillaise retentit avant un combat.
S’il vit dans une maison près de Limoges pour s’entraîner plus facilement, dès que les beaux jours arrivent, il aime atteler sa caravane pour reprendre une vie nomade et visiter sa grande famille.
« Je veux briser la mauvaise image des gitans, montrer que ce n’est pas parce que l’on aime la liberté d’aller et venir, que l’on ne peut pas faire des belles choses », prévient-il.
La boxe l’a aidé à s’ouvrir aux autres et à s’émanciper, et, aujourd’hui, elle lui apporte une respectabilité supplémentaire, qui lui permet de jouer les médiateurs dans certains conflits.
« Mes paroles sont écoutées, surtout par les jeunes », concède-t-il.

Préparation intense

Cyril Léonet a découvert la boxe tardivement.
« C’est un sport apprécié par la communauté et j’ai rêvé comme beaucoup sur Rocky. Mes qualités ont rapidement été reconnues et j’ai intégré l’équipe de France au bout de deux ans de pratique ».
Il s’est ensuite tourné vers la boxe professionnelle, mais sans promoteur, ni manager, il n’est pas facile d’en vivre correctement.
« J’ai du mal à trouver des challengers », regrette-t-il. Mais cette fois, Faisal Arrami, son challenger officiel lui a enfin lancé le défi. Depuis cinq mois, Aldo s’entraîne à fond pour combattre ce Toulonnais de 32 ans, qui a été champion de France Lourds Légers en 2011 et 2012.
Son programme a été contrariée par une commotion cérébrale, mais « il est revenu à 100% », assure Bernard Faure, son préparateur physique qui le suit depuis trois ans en étroite collaboration avec son entraîneur, Gilles Martin.
« Son niveau de base étant élevé, il n’a pas beaucoup perdu. C’est un vrai plaisir de s’occuper de lui. Il est très courageux, car il accepte de hautes doses d’entraînement », confie-t-il.
Aldo en aura besoin, car de tous les challengers qu’Aldo a eu à combattre depuis son premier titre national en janvier 2015, il s’agit du plus redoutable.
« Il est rapide et apprécie le corps à corps. je vais devoir user de mon physique pour le faire reculer, afin d’imposer ma technique de combat », prévient notre champion.

Le combat sera retransmis sur SFR sports.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.