Voltige équestre : à l’aise sur leur monture

Voltige équestre : à l’aise sur leur monture
Le voltigeur doit trouver son équilibre

A voir les voltigeurs évoluer aussi facilement sur leur monture, on peut imaginer qu’il faut avoir pratiqué l’équitation durant de longues années et être un cavalier chevronné pour ne pas risquer de se briser les os.

Eh bien ! non, car dans certains pays, la voltige équestre est même le passage obligé de tout jeune cavalier. C’est d’ailleurs la spécialité de l’association Limoges voltige, gérée par Tsvika Huret, enseignant d’équitation. « J’ai toujours apprécié l’esprit d’équipe et le respect du cheval de cette discipline que j’ai découverte dans ma jeunesse, lors des challenges poney. Elle est ensuite devenue le projet pédagogique de mon monitorat, et je l’ai même enseignée en libéral avant de créer cette association », explique-t-il. La voltige est intéressante pour les cavaliers débutants, car ils n’ont pas à gérer le cheval, puisque c’est le longeur qui s’en charge. « On peut ainsi découvrir les trois allures, en deux séances maximum et en toute sécurité, puisque le cheval est tenu », ajoute-il.

L’association a d’ailleurs développé la voltige adaptée à n’importe quel handicap. « C’est même parfois recommandé par les kinésithérapeutes dans le cadre de la rééducation de leurs patients, car la voltige oblige à trouver son équilibre sur le cheval », souligne Tsvika Huret. L’association réunit aujourd’hui une trentaine de membres, dont de nombreux débutants, attirés par le faible coût de la discipline. « L’équipement se résume à un jogging et une paire de chaussons et les chevaux sont mutualisés pour plusieurs voltigeurs », précise Anne-Cécile Guyot, cavalière internationale. En compétition, ce sont surtout les déplacements qui pèsent dans le budget.

Voltige équestre : à l’aise sur leur monture
Anne-Cécile Guyot devrait participer à l’interna

Assurer la relève

La Haute-Vienne ne compte que deux clubs de voltige, mais la région offre suffisamment de concours pour permettre aux voltigeurs de se qualifier au championnat de France. Des stages techniques sont régulièrement organisés, notamment avec Nicolas Andreani, champion du monde de voltige.

La compétition se déroule devant un jury chargé de noter la qualité technique de figures imposées, et du programme libre, basé sur une chorégraphie imaginée par le voltigeur ou l’équipe. Et les précieux conseils des voltigeurs expérimentés sont toujours très appréciés. La relève est désormais assurée, car une nouvelle génération de voltigeuses commence à performer. « Nous avons trois jeunes cavalières, qui ont débuté la voltige à l’âge de quatre ans, et qui à 10 ans, commencent à grimper sur les podiums », se réjouit Tsvika Huret.

En juin prochain, Limoges Voltige organisera sa compétition annuelle, au centre équestre de Texonnieras à Couzeix. L’épreuve attirera une fois encore des compétiteurs de toute la France, désireux de confronter leur niveau technique et surtout cumuler des participations pour prétendre concourir aux championnats de France.

Contact : limogesvoltige.ffe.com

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.