Beauty testeuse : et si on vous payait pour être belle ?

Beauty testeuse : et si on vous payait pour être belle ?

Vous adorez les produits de beauté et vous ne pouvez vous empêcher de les acheter, de les tester, de les comparer ? Bonne nouvelle : certaines firmes sont très intéressées par votre expertise et vous proposent de la mettre à profit, de manière directe ou de façon beaucoup plus personnelle.

Commençons par donner une définition explicite de ce vocable « franglais ». Comme on peut s’en douter, la vocation d’un beauty testeur est d’essayer les produits de beauté qui font l’actualité, et ce, parfois, avant même qu’ils ne soient mis en vente. Précisons que le terme « produits de beauté » est assez large puisqu’il englobe aussi bien les cosmétiques que les compléments alimentaires, les parfums et laits solaires, sans oublier les soins du corps, le maquillage, les gammes bébé, les masques capillaires, les produits de régime, d’hygiène, de grossesse ou encore tout ce qui touche aux accessoires. Les hommes étant également concernés, les beauty testeurs ne sont donc pas uniquement recrutés parmi la gent féminine. Pour intégrer ce cercle de volontaires, rien de plus simple : rendez-vous sur l’une des multiples plateformes web proposant ce genre de prestations afin de vous inscrire en ligne. Le candidat remplit une fiche détaillée, portant notamment sur son type de peau, ses allergies, la couleur de ses yeux ou la sécheresse de ses mains, ainsi que ses diverses habitudes de consommation. Ses informations sont très importantes car ce sont la plupart du temps les firmes elles-mêmes qui choisissent les beauty testeurs selon un profil précis. Ces derniers devront au demeurant postuler pour essayer un produit. Attention : s’il y a beaucoup d’offres, il y a encore plus de demandes.

Beauty testeuse : et si on vous payait pour être belle ?

Quel intérêt ?

Trois principaux avantages découlent de cette démarche, dont le premier est bien sûr à mettre au bénéfice des candidats. Recevoir des produits de beauté à la maison sans bourse délier, voilà qui a de quoi séduire. Rédiger par la suite un avis et noter une série de critères précis s’avère alors un échange tout ce qu’il y a de plus acceptable. Les produits testés devant être ou étant nouvellement commercialisés, c’est aussi l’occasion de devancer ou de surfer sur l’actualité des cosmétiques. Le second avantage profite aux enseignes et aux marques qui expédient certes gratuitement plusieurs dizaines d’exemplaires de leur catalogue, mais qui reçoivent en retour presque autant d’avis. Ceux-ci sont intéressants à plusieurs niveaux. Rédigés par des particuliers, ils ont une valeur ajoutée plus importante que les classiques publicités, qu’ils viennent dans le meilleur des cas épauler. Ils fonctionnent en outre comme des retours terrain pertinents et éprouvés, à même de séduire d’autres consommateurs. Les beauty testeurs, quant à eux, ne doivent pas s’attendre à toucher de salaire, la fourniture de marchandise étant entendue comme suffisante en soi. Le dernier profit revient aux sites de beauty testing. En s’imposant comme d’incontournables passerelles, ils font le lien entre les marques et les acheteurs, s’enrichissant donc continuellement d’avis en tous genres et fidélisant une énorme base d’adhérents, auxquels ils proposent réductions et bons plans. On l’a compris, ce système basé sur une prolifique trinité profite véritablement à tout le monde, y compris au consommateur.

Beauty testeuse : et si on vous payait pour être belle ?

En mode blog

Pour les cavaliers seuls, adeptes de l’indépendance, il existe une tout autre façon de devenir beauty testeur : le blog. On trouve sur la blogosphère énormément de personnes passionnées par la mode et les produits de beauté. Le principe est le même : essayer des produits et rédiger par la suite un avis. Le plus de cette formule ? Une plus grande liberté de ton et, surtout, davantage d’espace pour laisser cours à l’expression. De fait, en maniant la langue avec suffisamment d’humour et de pertinence, certains blogueurs ont accédé à une réelle notoriété sur la Toile. Une précaution s’impose toutefois avant de créer une adresse sur la plateforme de son choix : ne sont suivis que les blogs d’où se dégagent une forte personnalité et une réelle expertise. L’époque ne consacrant que les valeurs sûres, les tons mièvres ou conciliants, les avis tranchés mais non étayés, sans omettre les tentatives de réécriture de communiqués de presse, ne font guère long feu. Voilà pourquoi, là encore, le temps s’impose en tamis ultime de ces structures de beauty testing. Au final, seuls les contenus authentiques ou franchement commerciaux perdurent.

Les testeurs rémunérés

En parallèle du consommateur qui teste la qualité et l’efficacité des produits juste avant ou après leur mise en rayon, il existe un autre genre de testeur.
Avant de pouvoir être commercialisés, les cosmétiques doivent en effet d’abord passer par toute une batterie de tests cliniques, réalisés notamment sur l’être humain, afin de s’assurer qu’ils ne provoquent aucune réaction indésirable. Les volontaires sont ici rémunérés plutôt grassement par les laboratoires pour décrire leurs sensations et leurs ressentis par rapport à l’application du produit.
Précisons qu’a priori il n’y a pas de danger à participer à ces tests dans la mesure où les produits sont en fin de développement et ont donc déjà subi l’ensemble des essais biologiques requis par la loi.

Frédéric Ferrand
Photos © Thinkstock


http://www.dermscan.com/volontaire/

http://llh-fr.com/FR/

http://evic.fr/

http://peritesco.fr/

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.