Sortir de la drogue : phases et traitement

0
86
Sortir de la drogue : phases et traitement

La toxicomanie est l’un des troubles qui génèrent le plus de conflits, tant pour la personne concernée que pour sa famille et ses amis. La toxicomanie constitue l’un des plus grands problèmes de santé publique en raison de tous les effets directs et indirects qui y sont associés. Cependant, il s’agit d’un trouble traitable qui, avec une bonne thérapie, peut permettre à la personne dépendante de reprendre sa vie en main et de se réinsérer dans la société.

Une intervention psychologique professionnelle est essentielle pour obtenir les résultats souhaités. Il s’agit d’un trouble chronique qui doit être associé à un suivi personnalisé et à une planification thérapeutique en fonction du type de dépendance et des problèmes qui en découlent, de sorte que les centres spécialisés sont généralement la meilleure solution. Se rendre dans une clinique de désintoxication en Catalogne ou dans votre communauté sera la première étape pour retrouver la stabilité de la vie perdue à cause de la consommation de drogue.

Phases de traitement pour arrêter la drogue

Le traitement de désintoxication des toxicomanies comprend quatre grandes phases multidisciplinaires et différenciées : la désintoxication, la désintoxication, la réadaptation et la réinsertion.

  1. Désintoxication. Dans cette phase, la personne se désintoxique physiquement de la substance qu’elle consommait afin de parvenir à l’abstinence sous le contrôle médical et sanitaire correspondant. Selon la substance, elle peut durer environ 15 jours et des médicaments peuvent être utilisés pour la rendre plus supportable.
  2. Décohabitation. Cette partie du traitement de désintoxication se concentre davantage sur les aspects psychologiques qui déclenchent le comportement de consommation, son identification et sa substitution par d’autres comportements pour éliminer l’habitude de consommation. Tout cela suit un processus thérapeutique avec des objectifs réalisables. Cette phase peut durer, selon les substances et l’évolution du patient, environ 6 à 8 semaines.
  3. Réhabilitation. Il est important d’avoir surmonté les deux phases précédentes, qui durent ensemble généralement une dizaine de semaines pour laisser place à cette phase d’une grande importance pour le patient : la préparation à la reprise de la vie. Si le traitement a donné les résultats escomptés, la personne a appris à ne pas dépendre de la substance en question. Cette phase du traitement se concentre donc sur la régénération des bonnes habitudes et des comportements de prévention des rechutes appris lors des phases précédentes et qui sont poursuivis pendant cette période qui peut durer plusieurs mois selon les cas.
  4. Réinsertion. Cette phase est directement liée à la précédente, mais elle en diffère par le fait que le patient bénéficie d’une plus grande autonomie dans le cadre de son processus de réinsertion sociale, de sorte que le traitement devient plus ambulatoire et que la personne retrouve progressivement sa normalité.
Lire aussi :  Comprendre ce que sont les troubles de la personnalité

Savoir comment renoncer à la drogue implique de connaître les phases auxquelles nous sommes confrontés une fois que nous avons pris la sage décision de prendre le contrôle de notre vie.

Évaluation et traitement pour la désintoxication

Le modèle de référence pour le traitement de la toxicomanie est le modèle biopsychosocial. Ce modèle se caractérise par l’analyse des interactions entre l’environnement et les facteurs biologiques impliqués dans le comportement de consommation de drogues. En d’autres termes, une partie de la probabilité qu’une personne qui consomme une substance devienne dépendante de celle-ci est liée à trois dimensions fondamentales de l’individu qui interagissent entre elles :

  • Les propriétés pharmacologiques de cette substance et son effet sur le cerveau.
  • Les processus psychologiques de base de l’apprentissage et de la socialisation.
  • Le contexte social et culturel de l’individu.

Ces facteurs dépendront de la phase du processus de dépendance dans laquelle se trouve la personne, une dimension ou une autre aura plus ou moins de poids sur la personne pour poursuivre la consommation. Par exemple, dans de nombreux cas, le facteur social prévaut sur l’influence biologique de la substance sur le cerveau.

Comme pour tout autre type de trouble clinique, l’évaluation des problèmes d’addiction suit la procédure habituelle :

  1. Elaboration de l’histoire clinique. Données sociodémographiques et générales, gravité de la dépendance, volonté de changement, affectation neuropsychologique et autres troubles. La gravité du problème est évaluée dans sept grands domaines : état de santé général ; situation professionnelle et financière ; consommation d’alcool et d’autres drogues ; problèmes juridiques associés ; relations personnelles et familiales ; état psychologique.
  2. Analyse fonctionnelle :
    1. Comportement du consommateur : notion de besoin. Il s’agit de l’analyse de l’urgence impérative que la personne doit consommer dans certaines situations afin qu’elle apprenne à les identifier.
    2. Comportement prosocial. Il s’agit d’aider à identifier les situations agréables qui ne sont pas liées à la consommation.
    3. Comportements problématiques associés. Dans ce cas, on analyse la chaîne comportementale qui donne lieu à d’éventuelles rechutes et à d’éventuels problèmes de communication que la personne peut avoir, et on examine les relations interpersonnelles qui peuvent être significatives pour la personne.
  3. Analyse biochimique. C’est la partie la plus objective du processus qui permet de connaître l’état réel de la personne qui vient à l’aide. Des tests sanguins, urinaires ou capillaires peuvent être utilisés comme mesure pour renforcer la capacité du patient à faire face au désir de consommer.
  4. Processus thérapeutique. Dans ce cadre, l’évolution du patient est enregistrée et des objectifs spécifiques sont fixés pour le reste des séances et la planification du traitement en fonction des résultats obtenus grâce à divers instruments tels que les formulaires et les fiches d’inscription.
Lire aussi :  Gestion du stress : conseils pour gérer son stress au travail

À partir de là, une fois les objectifs établis et le cas connu en détail, le traitement se déroule selon les quatre phases expliquées ci-dessus, dans lesquelles sont incorporés divers types de thérapies appropriées à chaque cas spécifique, ce qui rend complexe leur détermination pour un cas générique. Parmi eux, il faut souligner les entretiens de motivation ou la formation aux compétences et à la prévention des rechutes, la gestion des imprévus ou l’exposition aux stimuli.

Les personnes dépendantes de drogues ou de substances doivent être conscientes que leur problème est chronique et ne doivent à aucun moment baisser la garde, en suivant les étapes du traitement et du suivi professionnel pour éviter d’éventuelles rechutes ou, dans le cas où elles en ont, pour savoir comment les surmonter à temps. Vous pouvez arrêter la drogue, reprendre le contrôle de votre vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici