Le 3ème pilier suisse : une aubaine pour les frontaliers

Le 3ème pilier suisse est un système de retraite complémentaire prévu par le droit du travail helvétique afin de permettre aux travailleurs de conserver un niveau de vie confortable une fois à la retraite.

Mais qu'en est-il des frontaliers résidant en et travaillant en Suisse ? Peuvent-ils, eux aussi bénéficier de ce dispositif ? Quels sont les avantages auxquels ils ont droit ? Décryptage avec nos experts.

Avant tout, qu’est-ce que le 3ème pilier suisse ?

Pour rappel, le système de retraite suisse est bien différent de celui de la France. Il repose en effet sur trois piliers, donnant chacun droit à une rente.

Les deux premiers sont :

  • La rente AVS qui garantit aux travailleurs, un revenu minimum leur permettant de couvrir l'essentiel de leurs besoins. Le montant minimum pour ce 1er palier est de 1195 CHF/mois ;
  • La rente LPP qui est calculée en tenant compte des contributions versées par les travailleurs durant leur carrière et selon le règlement de la caisse de pension à laquelle ils sont affiliés.

Ces deux premiers piliers sont obligatoires pour les travailleurs suisses, comme pour les frontaliers.

Quant au 3ème pilier suisse, il est facultatif. Toute personne travaillant en Suisse peut décider d'y souscrire pour épargner plus et bénéficier d'un complément de revenus une fois à la retraite.

Quels sont les différents types de 3ème pilier ?

Le système de retraite suisse prévoit deux types de 3e pilier, offrant chacun des avantages différents :

Le pilier 3A, la prévoyance individuelle liée

Le pilier 3A est lié à l'âge du départ à la retraite. Avec cette formule, vous épargnez auprès d'une banque auprès d'une compagnie d' tout au long de votre vie active. Une fois à la retraite, le capital constitué, majoré d'intérêts, vous est reversé.

Cette formule se révèle plus avantageuse qu'un compte d'épargne en raison des intérêts plus élevés qui sont reversés.

Toutefois, le montant qu'il est possible d'épargner dans le cadre du pilier 3A est limité à 6 883 CHF par an, quel que soit le nombre de solutions souscrites.

Le pilier 3A ouvre par ailleurs la voie à des déductions fiscales. Toutefois, pour en bénéficier en tant que frontalier, le statut de quasi-résident est exigé. Pour rappel, ce statut n'est accordé qu'aux personnes dont 90% des revenus du foyer fiscal sont imposés en Suisse.

Le pilier 3B, la prévoyance individuelle libre

Il s'agit ici d'une épargne qui peut être constituée par des versements liquides, un contrat d'assurance-vie, ou des placements. Le montant que vous pouvez y déposer chaque année est illimité. Tout dépend de votre projet de retraite et de vos objectifs.

Contrairement au pilier 3A, le pilier 3B ne donne pas droit à des déductions fiscales. Le capital déposé est imposé chaque année et doit être déclaré à l'administration fiscale. Toutefois, il peut être retiré à tout moment, sans faire l'objet d'une imposition supplémentaire.

Faites vous accompagner par un professionnel de la prévoyance afin d'identifier le type de 3e pilier qui convient le mieux à votre situation actuelle.

Quel est l’intérêt du 3ème pilier suisse pour les frontaliers ?

Les 1er et 2e piliers permettent aux frontaliers de bénéficier de revenus équivalant à 55% de leur dernier salaire comme pension de retraite. Selon certaines études, ce pourcentage passera même à 45% d'ici 2025. Et là encore, ces moyennes sont uniquement valables pour les personnes qui ont fait l'ensemble de leur carrière en Suisse.

En d'autres termes, le 1er et 2e pilier sont insuffisants pour s'offrir une retraite confortable. Souscrire à un 3ème pilier s'avère donc nécessaire.

De plus, il s'agit d'un produit d'épargne sûr, car il est réglementé par la FINMA, l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. Il offre plusieurs autres avantages :

  • En cas de décès, les ayants-droits peuvent toucher un capital fixé dès le départ, même si toutes les primes n'ont pas été versées ;
  • Le capital versé est garanti, quelle que soit la situation économique ;
  • Le 3ème pilier permet d'épargner en francs suisses, une valeur refuge solide ;
  • Il est possible de retirer son capital de manière anticipée pour financer un projet personnel comme un logement ou une entreprise.

Lire aussi : Quelles sont les meilleures destinations à faire en moto en France ?

4.4/5 - (29 votes)
Partages