Code moto : pourquoi est-il différent du Code auto ?

Depuis le 1er mars 2020, les motards prétendant au permis A1 ou A2 sont dans l’obligation de passer l’examen du Code de la route moto baptisé “épreuve théorique moto” ou ETM. Cette dernière est bien différente de l’épreuve théorique générale (ETG) nécessaire à l’obtention des permis B, C, D et E (plus connue sous le nom de Code auto) et s’adresse exclusivement aux propriétaires de deux-roues motorisés.

Elle est venue remplacer les questions de l’épreuve orale spéciale moto qui sont posées aux candidats durant les épreuves plateau. Puisque le Code moto et le Code auto font toujours l’objet d’une confusion, cet article fait le point sur la différence entre ces deux épreuves théoriques. Celui-ci s’intéresse également sur le déroulement de l’ETM ainsi que sur comment s’y inscrire et le décrocher haut la main.

Comment décrocher facilement son Code moto ?

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est pertinent de vous entraîner sérieusement et régulièrement au Code moto en ligne grâce à un module d’entraînement proposé par certaines auto-écoles françaises. Cette solution s’adresse aussi bien aux candidats libres qu’aux personnes déjà inscrites dans une moto-école.

Compatible aux smartphones, PC et tablettes, cet outil vous donne accès à plusieurs centaines de questions par Codes Rousseau et à 1 000 questions/60 séries par ENPC Ediser. Ces questions portent sur toutes les thématiques abordées lors de l’ETM (que l’on verra plus loin dans cet article). Pour vous aider à réussir le Code moto dès la première tentative, le module met à votre disposition plusieurs séries d’examens blancs, un apprentissage en 3D ainsi que des corrections commentées et animées par des motards expérimentés. L’outil vous permet en plus de visualiser en temps réel votre progression.

Grâce au module d’entraînement, vous pouvez apprendre et vous entraîner à votre propre rythme, où que vous soyez et quelle que soit votre disponibilité. Au-delà de la flexibilité indéniable qu’il vous fait profiter, il est relativement économique. Avec cette solution, vous pouvez vous soumettre à autant d’examens blancs que vous le souhaitez pour être sûr d’être prêt et parvenir à emmagasiner le plus de confiance possible.

La veille de l’ETM, il est conseillé de manger équilibré et d’éviter l’absorption de toute boisson alcoolisée, des desserts trop sucrés et des aliments contenant de la caféine. Couchez-vous très tôt et passez une bonne nuit de sommeil.

Le jour de l’examen, soyez bien à l’heure et munissez-vous de tous les documents nécessaires. Puis, ne vous laissez surtout pas dominer par votre stress. Soyez calme, zen, concentré, confiant et imperturbable en gardant à l’esprit que vous pouvez obtenir votre permis du premier coup.

Lire aussi: Les auto-écoles en ligne : pour passer le permis de conduire en toute facilité !

media different pourquoi

Quelle est la différence entre le Code moto et le Code auto

Les deux présentent des points communs. Ce sont des épreuves théoriques dont la validation autorise les candidats à se présenter à l’examen pratique du permis ciblé. Leur validité est de 5 ans, dans la limite des 5 passages de l’examen pratique. Cependant, ils sont très différents. Le Code auto ou l’ETG, d’abord, est plus général et s’articule davantage autour de la pratique dans des situations réelles. Durant celui-ci, trois catégories de connaissances font l’objet d’une évaluation, à savoir la connaissance du Code de la route, la connaissance du véhicule et la connaissance des comportements que les conducteurs doivent adopter sur la route.

Le Code moto ou ETM est quant à lui très ciblé puisqu’il est plus axé sur la moto à proprement parler afin de mieux former et sensibiliser les futurs motards. Mais cela ne signifie pas qu’il fait l’impasse sur le Code de la route. Lors de cet examen, les candidats sont évalués sur un total de 40 questions dont la majorité est spécifique à la pratique de deux-roues motorisés. Le Code moto comporte plus précisément 9 thématiques, à savoir :

  • les dispositions légales en termes de circulation routière,
  • le motard lui-même,
  • la route,
  • les autres usagers,
  • les composants mécaniques de sécurité,
  • les dispositifs de sécurité et de protection des motos,
  • les règles d’utilisation des deux-roues de manière plus éco-responsable,
  • les premiers secours,
  • la réglementation générale.

L’ETG ne permet pas à ceux qui l’ont obtenu de passer l’examen pratique moto, et ce, bien qu’il soit en cours de validité. Les candidats qui ont obtenu un permis A2 et qui souhaitent passer le permis A1 quant à eux ne sont pas obligés de repasser l’ETM dans la mesure où ils l’ont décroché depuis moins de 5 ans.

Comment se déroule l’épreuve théorique moto ?

Comme évoqué plus tôt, l’ETM est constitué de 40 questions axées sur 9 thématiques et dont chacune est à choix multiples (A, B, C et D). Il se déroule au sein d’un centre agréé agréé par l’État : Bureau Veritas, Pearson Vue, Exa Code, Dekra, SGS et ou La Poste.

Sa durée est d’environ 30 minutes, ce qui signifie que les candidats ont 20 secondes maximum pour répondre à chaque question après la fin de la lecture sonore. Tout au long de cette épreuve théorique, les candidats doivent se mettre dans la peau d’un motard depuis une tablette numérique équipée d’un casque audio. Chaque question posée reproduit une situation réelle sur route dont la prise de vue se fait au guidon d’une moto. Pour réussir le Code moto, il faut avoir 35 bonnes réponses sur 40 au minimum.

Les candidats recevront le résultat de l’examen sur leur espace candidat ou par mail dans les 48 heures à compter de la fin de l’épreuve. S’ils ont décroché leur Code moto, ils pourront passer l’examen pratique 5 fois au maximum pendant 5 ans. Dans le cas contraire, ils pourront repasser l’ETM autant de fois qu’ils le souhaitent.

different pourquoi

Comment s’inscrire à l’examen du Code moto ?

Pour pouvoir se présenter à une ETM, le candidat doit obtenir un numéro d’enregistrement préfectoral harmonisé (NEPH). S’il est issu d’une formation dispensée par une moto-école, c’est cette dernière qui s’en occupe pour lui.

A contrario, s’il souhaite s’inscrire à l’examen en tant que candidat libre, alors c’est à lui de faire la demande du code NEPH. Pour ce faire, il doit se rendre sur le site de l’ANTS (Agence Nationale des Titres Sécurisés) et y créer un compte usager rapidement et gratuitement. Une fois ce compte créé, il n’a plus qu’à effectuer sa demande et transmettre à l’administration la version numérique des justificatifs suivants :

  • pièce d’identité (carte d’identité nationale ou passeport),
  • justificatif de domicile,
  • photo d’identité avec signature numérique,
  • certificat individuel de participation à la journée de défense et citoyenneté (si le candidat a moins de 25 ans),
  • justificatif de régularité de séjour (si le candidat est étranger).

Le candidat libre reçoit sur son espace ANTS une attestation d’inscription sur laquelle est inscrit son numéro NEPH après la validation de sa demande par l’administration. Il doit patienter environ 3 semaines avant que sa demande soit traitée. Il peut profiter de ce délai pour réviser et s’entraîner au Code moto et à la conduite.

Après avoir obtenu son code NEPH, un candidat d’école est assisté par sa moto-école lors de l’inscription en ligne auprès du centre agréé le plus proche. Un candidat libre doit quant à lui effectuer la demande lui-même en ligne. Dans tous les cas, le candidat est libre de réserver la date qui lui convient le mieux.

L’inscription coûte 30 € TTC (tarif fixé par le ministère de l’Intérieur), ce qui veut dire que les coordonnées bancaires du candidat sont demandées à la fin de la procédure.

Une fois l’inscription en ligne accomplie, le candidat se verra attribuer une convocation à l’examen.

Lire aussi: Pourquoi suivre une formation pour devenir camionneur ?

4/5 - (16 votes)
Image par défaut
Aurel Mathias
Publications: 46

Laisser un commentaire