Installation de panneaux de signalisation : réglementation et bonnes pratiques

L’installation de panneaux de signalisation a pour but de signaler un danger imminent, d’exprimer une interdiction ou de fournir un renseignement aux usagers de la route. Sur la voie publique, elle est réalisée par les gestionnaires de voiries. Mais elle peut également concerner les entreprises qui accueillent du public.

Dans un cas comme dans l’autre, cette installation doit s’effectuer dans le respect d’un certain nombre de règles.

Installation de panneaux de signalisation : quelle est la réglementation ?

Les règles d’installation d’un panneau de signalisation varient selon que l’on soit en zone urbaine ou en zone rurale.

Les règles d’installation de panneaux de signalisation en ville

En ville, les panneaux doivent être placés à 0,70 mètre de la chaussée. Leur hauteur doit être de 2,30 mètres afin que l’information transmise ne soit pas cachée par une voiture stationnée et pour ne pas créer des accidents pour les piétons.

Par ailleurs, les agents d’installation doivent également prévoir un passage de 1,40 mètre pour la circulation des piétons et des fauteuils roulants. Mais en règle générale, on prévoit un passage allant jusqu’à 1,80 mètre.

Sur les îlots centraux, les panneaux doivent avoir une hauteur de 1 mètre. Toutefois, ils peuvent être adaptés au lieu pour favoriser la visibilité.

Les règles d’installation des panneaux en campagne

Pour une visibilité optimale, les panneaux de signalisation en campagne doivent avoir une hauteur de 1 mètre. Afin de faciliter le passage des piétons et pour la sécurité des usagers de la route, la distance entre la chaussée et l’extrémité de ces panneaux doit être d’au moins 0,70 mètre, et de 2 mètres entre le poteau et la chaussée.

Lire aussi : Les auto-écoles en ligne : pour passer le permis de conduire en toute facilité !

La rétroflexion, un détail important pour la visibilité des panneaux de signalisation

La rétroflexion est la capacité d’un panneau de signalisation à refléter la lumière émise par les phares d’un véhicule en approche. De cette manière, l’usager voit de loin le panneau et reconnaît le même contenu, de jour comme de nuit.

En ville comme en campagne, on distingue trois classes de rétroflexion :

La classe 1 de rétroflexion à revêtement microbille

C’est la classe la plus faible. Elle offre une visibilité limitée à 100 mètres. Elle est utilisée sur les voies privées et dans les petites agglomérations. La Classe 1 de rétroflexion a une durabilité de 7 ans.

La classe 2 de rétroflexion

C’est la classe intermédiaire, et également la plus utilisée. C’est le minimum obligatoire sur les autoroutes et sur les routes pour lesquelles la limitation de vitesse est supérieure à 70 km/h. La rétroflexion de classe 2 est visible à 250 mètres de distance. Elle est garantie sur 10 ans. Au-delà de cette période, il est conseillé de changer son panneau.

La classe 3 de rétroflexion

C’est la classe de rétroflexion la plus performante. Elle permet de lire le panneau à plus de 500 km. Elle est utilisée uniquement pour :

  • Les panneaux de type AB dans les agglomérations ;
  • Les routes de grande circulation sur lesquelles la vitesse excède très facilement 70 km/h ;
  • Les panneaux placés à une hauteur de plus de 2 mètres par rapport au sol.

La classe 3 de rétroflexion offre une garantie de 12 ans environ.

Par ailleurs, il est vivement déconseillé de mélanger les classes dans le même environnement ou dans le même champ de vision. Tous les panneaux doivent avoir des films identiques pour permettre aux usagers de la route de les voir et de les interpréter au même moment.

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter dans l’installation des panneaux de signalisation ?

Quelques règles s’imposent naturellement pour une installation efficace des panneaux de signalisation :

Le choix du lieu d’implantation

Que ce soit en campagne ou en ville, les lieux d’implantation des panneaux de signalisation doivent offrir une excellente visibilité au conducteur en toutes circonstances. Il est donc important de choisir un cadre où la végétation est peu abondante et où la vue est dégagée.

L’espacement entre les panneaux de signalisation

La présence d’un ou de plusieurs panneaux publicitaires empêche l’usager de la route de reconnaître rapidement une information utile. C’est pourquoi les panneaux doivent être séparés de plusieurs dizaines de mètres.

Le positionnement idéal

Les panneaux doivent être placés à une distance suffisante pour permettre aux conducteurs d’anticiper la présence d’un obstacle sur la route ou un changement de route. De même, en ce qui concerne les directions, les panneaux doivent être positionnés au niveau des croisements et des rappels doivent être prévus sur les longs axes.

Ne pas parasiter le message

Sauf indication contraire, un seul panneau de signalisation doit être installé par support.

De même, des panneaux de signalisation contraires ne doivent pas être installés sur le même poteau. Il est, par exemple, interdit de placer sur un même poteau un panneau de danger et un panneau de travaux.

Toutefois, il est possible d’installer un panonceau sur un panneau pour compléter le message transmis. Aux carrefours, certains types de panneaux peuvent également être regroupés.

Une bonne luminosité

Si la luminosité est insuffisante dans un environnement donné, des installations supplémentaires, comme un lampadaire public, peuvent être prévues pour garantir une bonne visibilité des panneaux.

Ce qu’il faut retenir

L’installation des panneaux de signalisation sur les routes obéit à des règles strictes en ce qui concerne leur hauteur et leur positionnement. Il est aussi important d’opter pour une classe de rétroflexion adaptée à leur usage afin d’assurer la sécurité des usagers. Enfin, leur emplacement doit être choisi correctement pour éviter toute confusion et faciliter l’assimilation de l’information.

Lire aussi : Entreprises : comment sécuriser les données ?

4.6/5 - (38 votes)
Image par défaut
Julien Barbet
Publications: 177

Laisser un commentaire