Les feux de position : fonctionnement, rôle et législation

Feux de position

Article mis à jour le 17 mars 2021

Tout comme les feux de croisement, les feux de position sont un dispositif d’éclairage dont l’objectif est de signaler sa présence auprès des autres usagers de la route. A quoi servent-ils ? Quand et comment les utiliser ? Que dit la législation ? Toutes nos réponses dans cet article.

Qu’est-ce que les feux de position ?

Appelés aussi lanternes ou veilleuses, les feux de position sont les phares avec la plus petite intensité. Leur objectif est donc de signaler votre présence aux autres usagers de la route.

A quoi servent-ils ?

Feux de position - Définition
Crédit photo : ©R8 GT Taillights

Les feux de position servent donc essentiellement à être vu des autres automobilistes. Ils doivent donc être utilisés dès que la lumière du jour décline ou lorsque les conditions de visibilité ne sont pas optimales. Pour autant, dans la majorité des cas, ils ne suffisent pas pour la conduite de nuit ou dans un environnement peu éclairé. Ils viennent donc en renfort des autres feux dont votre véhicule est équipé, tels que les feux de croisement ou les antibrouillard.

Combien y a-t-il de feux de position ?

Les feux de position sont au nombre de quatre : deux feux à l’avant et deux à l’arrière de votre véhicule. Si ceux disposés à l’avant sont de couleur blanche, orange ou jaune, ceux situés à l’arrière sont de couleur rouge.

Quelle est la portée des feux de position ?

Bien moins puissants que les feux de croisement, les feux de position ont une portée limitée à 150 mètres maximum. C’est pourquoi ils sont considérés comme insuffisants pour la conduite de nuit ou dans un environnement trop peu éclairé.

Quand utiliser les feux de position ?

Utilisation des feux de position
Crédit photo : ©Dietmar Rabich

L’usage des feux de position est fortement conseillé ou obligatoire selon les conditions de conduite dans lesquelles vous vous trouvez.

Pour la conduite de nuit

Lors de la conduite de nuit, il est obligatoire d’allumer vos feux de position. Et ce, même si vous roulez en agglomération et / ou que les conditions d’éclairage sont correctes.

Lorsqu’il pleut fortement

En cas de fortes pluies, il est recommandé d’allumer ses feux de croisement ou ses feux de position ainsi que ses feux antibrouillard avant.

Rappel : Il est interdit d’allumer ses feux antibrouillard arrière en cas de fortes pluies.

Quand il y a du brouillard

Les feux à allumer en cas de brouillard varieront selon l’intensité de celui-ci. En effet, plus le brouillard sera épais, plus les feux allumés devront être puissants. De ce fait, en cas de brouillard léger, vous pourrez allumer vos feux de position et vos feux antibrouillard avant. En cas de brouillard très épais, vous devrez allumer vos feux antibrouillard avant et arrière ainsi que vos feux de croisement.

Quand il neige

La neige est l’une des conditions climatiques les plus difficiles pour la conduite. Elle provoque une visibilité très faible. Là encore, les feux à allumer seront à adaptés en fonction de l’intensité des chutes de neige :

  • en cas de faibles chutes de neige, les feux de croisement peuvent être suffisants,
  • les feux de position et les feux antibrouillard avant seront nécessaires en cas de chutes de neige d’intensité moyenne,
  • en cas de fortes chutes de neige, il faudra allumer les feux antibrouillard avant, arrière et les feux de croisement de votre véhicule.

La législation

S’agissant de feux de faible puissance, il n’est jamais interdit d’utiliser les feux de position de votre véhicule, de jour comme de nuit. Pour autant, cela ne signifie pas qu’ils assurent une visibilité suffisante pour vous garantir une conduite en toute sécurité.

L’utilisation des feux de position est définie par l’article R416-8 du Code de la Route :

 » I. Les feux de position peuvent être allumés en même que les feux de route ou les feux de croisement.

II. Ils doivent être allumés :

  • En même temps que les feux de croisement si aucun point de la plage éclairante de ceux-ci ne se trouve à moins de 400 mm de l’extrémité de la largeur hors tout du véhicule ;
  • Dans tous les cas, en même temps que les feux de brouillard.

IV. Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de quatrième classe. « 

A noter : Une amende de 4ème classe correspond à une amende forfaitaire de 135 €. Et ce, à condition que celle-ci soit réglée dans un délai de 45 jours (ou 60 jours en cas de téléprocédure via Internet). Si l’amende est réglée dans un délai de 3 jours après la remise en main propre ou 15 jours après l’envoi à domicile, celle-ci sera minorée à 90 €. En revanche, en cas de paiement après le délai (45 ou 60 jours), l’amende sera majorée à 375 €. Elle peut aller jusqu’à 750 € maximum si aucun règlement n’est effectué et qu’il y a comparution devant un juge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici