Les feux de croisement : fonctionnement, rôle et législation

Feux de croisement

Article mis à jour le 15 mars 2021

Deuxième niveau de phares en termes d’intensité, la maîtrise des feux de croisement est particulièrement appuyée lors de l’apprentissage de Code de la Route et du permis de conduire. Qu’est-ce que c’est ? A quoi cela sert ? Que dit la législation française et européenne ? Toutes nos réponses dans cet article.

Qu’est-ce qu’un feu de croisement ?

Au nombre de deux et situés à l’avant de la voiture, les feux de croisement ont une puissance de 55 watts et émettent une lumière blanche ou jaune.

Communément appelés « codes », les feux de croisement sont plus puissants que les feux de position. Ils vont vous permettre d’améliorer votre visibilité sur la route lorsque les conditions de conduite sont difficiles (nuit, météo, etc.).

Les marques automobiles ont beaucoup fait évoluer les feux de croisement ces dernières années. Désormais, il existe des modèles de voiture équipés de feux « adaptatifs ». Leur intensité et leur surface d’éclairage vont se moduler automatiquement en fonction de plusieurs facteurs :

  • la vitesse de conduite,
  • la position du volant,
  • le degré d’inclinaison du véhicule.

A quoi servent-ils ?

Utilisation feux de croisement

Comme leur nom l’indique, ces feux doivent être utilisés lorsque vous croisez un autre véhicule afin de ne pas l’éblouir avec les pleins phares. Ils vont également être utilisés lorsque la luminosité, et donc la visibilité, sont réduites :

  • en cas d’absence d’éclairage public,
  • de conditions météorologiques gênant la visibilité (pluie, brouillard ou chutes de neige),
  • si la visibilité est inférieure à 200 mètres (lorsque la visibilité est gênée par les fumées d’un incendie par exemple).

Les feux de croisement ont donc pour objectif d’être visible des autres usagers de la route, sans pour autant les éblouir.

Quelle est la portée des feux de croisement ?

Portée feux de croisement

Les feux de croisement ont un faisceau symétrique, c’est-à-dire qu’ils éclairent plus loin du côté droit que du côté gauche. S’ils éclairent plus du côté droit, c’est pour permettre la bonne lisibilité des panneaux de signalisation et pour prévenir la présence éventuelle de piétons.

La portée minimale des feux de croisement est de 30 mètres. Une molette sur le tableau de bord vous permet de régler la hauteur des faisceaux. Cependant, nous vous recommandons de ne pas y toucher, sauf si votre véhicule est particulièrement chargé. Dans ce cas, rehausser la hauteur des faisceaux sera indispensable pour garder une visibilité optimale. En revanche, il faudra penser à refaire le réglage une fois la voiture déchargée. Et ce, afin de ne pas éblouir les véhicules venant en sens inverse.

Utiliser les feux de croisement en France : la réglementationRèglementation feux de croisement

Si l’usage de jour des feux de croisement est seulement conseillé, il devient obligatoire dès que la nuit tombe.

Conformément à l’article R416-11 du Code de la Route, un conducteur est considéré en infraction lorsqu’il n’utilise ses feux de croisement alors que la visibilité est faible :

 » Le fait, pour tout conducteur d’un véhicule à moteur, de circuler la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, sans éclairage ni signalisation en un lieu dépourvu d’éclairage public, est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.

Tout conducteur coupable de cette infraction encourt également la peine complémentaire de suspension, pour une durée de trois ans ou plus, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l’activité professionnelle.

Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de quatre points du permis de conduire. « 

C’est pourquoi il est impératif de toujours vérifier le bon fonctionnement des feux de croisement de son véhicule avant tout trajet. En cas d’ampoule défectueuse, celle-ci devra être immédiatement remplacée. Il est donc fortement recommandé de toujours avoir une boîte d’ampoules de rechange dans son véhicule.

Utiliser les feux de croisement en Europe : la réglementation

Contrairement à la France, l’usage en journée des feux de croisement est obligatoire dans de nombreux pays d’Europe :

  • l’Autriche,
  • la Bulagrie (en période hivernale uniquement),
  • Chypre,
  • la Croatie,
  • le Danemark,
  • l’Estonie,
  • la Finlande,
  • la Hongrie,
  • l’Islande,
  • l’Italie,
  • la Lettonie,
  • la Lituanie,
  • la Macédoine,
  • la Moldavie,
  • le Montenegro,
  • la Norvège,
  • la Pologne,
  • la République Tchèque,
  • la Serbie,
  • la Slovénie,
  • la Suède,
  • et la Suisse, sauf si votre véhicule est équipée de feux dits « diurnes ».

Les contrevenants s’exposent à une amende qui est par exemple de 180 euros en Norvège et de 50 € en moyenne en Pologne, en Suède ou en Finlande.

En revanche, l’utilisation des feux de croisement de jour n’est pas obligatoire en Allemagne ou en Autriche.

Par ailleurs, depuis le mois de février 2011, les constructeurs automobiles européens ont pour obligation d’installer des feux de jour sur leurs modèles de voiture les plus récents. Cette nouvelle législation s’applique à tous les véhicules immatriculés dans l’Union Européenne.

A noter : Cette obligation a été étendue aux nouveaux modèles de camions et de bus depuis le mois d’août 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici