Formation SST Secouriste du Travail : quelles obligations pour les entreprises ?

En cas d’accident ou de détresse médicale en entreprise, il est essentiel d’être bien organisé pour administrer les premiers gestes de secours. La présence des SST (Sauveteurs Secouristes du Travail) en entreprise prend donc tout son sens.

Mais y sont-elles contraintes par la loi ? Quelles sont les obligations des entreprises en matière de formation SST Secouriste du travail ? Décryptage de nos experts !

Formation SST Secouriste du travail, que dit la loi ?

Les sauveteurs secouristes du travail sont les employés d’une entreprise ayant suivi une formation spécifique aux premiers secours appelée formation SST.

Selon l’article R.4224-15 du Code du travail, la présence d’au moins un secouriste est exigée dans tous les ateliers où se déroulent des travaux jugés dangereux. Il en est de même pour certains chantiers de BTP (Bâtiments et Travaux publics). Ceux employant au moins 20 travailleurs pour une durée de 15 jours ou plus et étant le siège de travaux dangereux sont soumis à la même obligation.

Par ailleurs, la présence d’un sauveteur secouriste est indispensable à la tenue du registre de déclaration des accidents de travail bénins. Cette exigence est issue du Code de la Sécurité en conformité avec les recommandations de la branche AT/MP.

Cependant, la loi n’impose pas la nature de la formation SST que doivent avoir reçue les secouristes concernés.

Comment mettre en œuvre les formations SST Secouriste du Travail ?

Indépendamment du dispositif choisi, la mise en œuvre des formations dépend de plusieurs facteurs :

  • Acteurs disponibles (infirmières du travail par exemple) ;
  • Situation géographique de l’entreprise ;
  • Risques évalués dans l’entreprise ;
  • Taille de l’entreprise.

Sur la base de ces différents éléments, le chef d’entreprise se prononce sur la nécessité de désigner des secouristes.

Lire aussi : Panneau de chantier : quelles informations doivent être affichées ?

Que faut-il savoir à propos de la formation SST en entreprise ?

Les formations au sauvetage secourisme du travail sont dispensées par plusieurs organismes habilités. Pour accéder à la liste complète, rendez-vous simplement sur le site de l’INRS.

Aucun prérequis n’est exigé pour l’accès aux cours. Un minimum de 14 heures de formation, réparties sur deux jours, est nécessaire pour obtenir le statut de sauveteur secouriste du travail.

La formation SST est sanctionnée par un diplôme équivalant au PSC1 du Ministère de l’Intérieur. Il s’agit du certificat de sauveteur secouriste du travail délivré par le réseau Assurance maladie Risques professionnels/INRS. Il est valable pendant 24 mois (2 ans) sur tout le territoire français.

Que se passe-t-il après les 2 ans de validité du certificat ?

Au terme des deux années de validité, les titulaires de ce certificat doivent participer à un recyclage de formation. Ce dernier dure généralement 7 heures, au cours desquelles les compétences acquises sont maintenues et mises à jour.

Quel est le contenu de la formation SST ?

Avec une formation au secourisme du travail, le salarié intègre :

  • La prise en charge des victimes en attendant les secours spécialisés ;
  • La protection et l’examen d’une victime ;
  • Les principes de base de la prévention ;
  • L’évaluation des risques ;
  • Le lancement d’alerte.

Le CPF (Compte Personnel de Formation) est une aide à laquelle la formation SST est éligible.

Ce qu’on retient

S’il n’y a aucune obligation en matière de formation SST, les entreprises sont tenues d’avoir au moins un SST dans deux conditions :

  • Ateliers de travaux dangereux ;
  • Chantiers BTP de plus de 20 travailleurs.

La présence de ce sauveteur est également indispensable pour pouvoir tenir un registre de déclaration des accidents de travail bénins.

Lire aussi : Quelles sont les façons d’assurer la sécurité sur un chantier ?

4.1/5 - (10 votes)

Julien Barbet
Julien Barbet
Publications: 227