Résidences secondaires : l’engouement se poursuit

Depuis le printemps 2020, à la faveur de la crise sanitaire, l’intérêt porté par les Français pour les résidences secondaires s’est renforcé. La tendance se poursuit et les prix ont tendance à flamber. Décryptage d’un phénomène.

La quête de la nature et du grand air

En Bretagne, à quelques kilomètres de Saint-Lunaire, Oscar, un Parisien de 43 ans, graphiste déguste son café. En janvier 2021, il a acheté une petite maison de caractère avec de belles pierres et une toiture traditionnelle. « Je suis vraiment très satisfait d’avoir acquis ce bien. Ce mode de vie à la campagne est exceptionnel. Ici je prends vraiment le temps, je fais de belles balades avec ma femme et mon fils », explique le quarantenaire en croquant une madeleine.

Pour Oscar, après une période de confinement compliquée dans un petit appartement de 62m2 dans le 14earrondissement de la capitale, l’idée d’acheter une résidence secondaire a vite fait son chemin. « Rapidement, nous avions envie d’un lieu pour décompresser du stress de Paris et la Bretagne correspondait parfaitement à nos attentes ».

Objectif : obtenir du meilleur taux !

Comme Oscar, de nombreux Français sont en recherche d’une résidence secondaire. La première étape dans ce type de démarche est de prendre rendez-vous avec son conseiller dans une agence bancaire. Ce qui est crucial, c’est de savoir quelle est la capacité d’emprunt. Pour pouvoir faire une étude, le banquier va vous demander un certain nombre de documents comme votre avis d’imposition mais aussi vos derniers bulletins de salaires.

Il va vous demander également si vous avez d’autres revenus et si vous avez déjà des crédits en cours. Il va établir aussi quelle est votre épargne disponible. Celle-ci pourra servir d’apport pour votre achat. Tout est vraiment passé au peigne fin par votre banque. Après une étude du dossier, le conseiller déterminera un taux d’intérêt pour l’emprunt. C’est un élément essentiel pour calculer le coût de votre crédit. Si vous n’êtes pas satisfait de ce taux, vous avez toujours la possibilité d’aller voir d’autres banques pour espérer obtenir un taux plus satisfaisant.

Lire aussi: Comment souscrire un prêt sans justificatif en ligne ?

Des zones rurales de plus en plus dynamiques

Les zones rurales sont de plus en plus dynamiques. La raison ? L’afflux de citadins qui ont acheté une résidence secondaire ou une résidence principale. Avec l’essor du télétravail, de nombreuses personnes ne sont plus obligées d’être dans des centres-villes. C’est une vraie révolution.

C’est le cas de Sandra, une comptable de 42 ans qui travaille maintenant dans sa maison dans les environs d’Honfleur, alors qu’elle travaillait à Caen auparavant. « Ma qualité de vie a beaucoup changé. Je ne suis à quelques encablures de la mer et le paysage ici est très bucolique, je me sens vraiment apaisée. Je ne regrette absolument pas mon choix. D’ailleurs, les prix des maisons ont flambé, alors que le centre-ville de Caen est moins prisé », explique la jeune femme.

Dans certains villages, les commerces ont repris du poil de la bête. Les bouchers, charcutiers ou encore les fromagers ont vu une nouvelle clientèle affluer. On les appelle les néo-ruraux. Ils sont en quête d’authenticité et veulent retrouver la nature et aiment les traditions. Il existe aussi une vie associative très dense.

Le charme de la vie de village

Dans les villages, il existe un charme particulier avec ses petits bars et restaurants. Les commerces de bouche à l’ancienne. Dans les petites communes, tout le monde se connaît, on s’appelle par son prénom. On est loin de l’anonymat des grandes villes. C’est aussi cela que viennent chercher les citadins en quête d’authenticité.

Certaines personnes s’investissent alors dans la vie du village et lance des projets. Dans ces villages, on trouve aussi des églises pleines de cachet comme à Villerville, sur la côte normande. Le village a été choisi comme décor pour le film « Un singe en hiver » avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo. Depuis des décennies, les ruelles du village n’ont pas bougé. Aujourd’hui, de nombreux promeneurs viennent découvrir le lieu. Les prix des maisons se sont envolés ces dernières années. Ainsi, les agents immobiliers constatent que sur la côte normande, les biens qui sont mis en vente, partent très vite. Pour les acheteurs, il faut savoir vraiment être très réactif.

Une résidence secondaire entraîne des coûts

Acheter une résidence secondaire entraîne forcément des coûts. En effet, il faut prendre en compte les facture d’électricité, d’eau, de box internet. Par ailleurs, il faut aussi prévoir un budget pour l’entretien. Ainsi, des travaux seront sans doute à prévoir au niveau de la plomberie, de l’électricité ou de la toiture. L’addition peut vite grimper. Il faut pouvoir établir un budget précis de ces différentes dépenses.

Par ailleurs, les maisons de campagne possèdent souvent un jardin, il faut aussi prévoir d’assurer l’entretien des espaces verts. Pour cela, il faut souvent faire appel à des prestataires et cela peut coûter cher. A noter aussi que des maisons de campagne isolées ne possèdent pas de raccordement au tout-à-l’égout. La conséquence est qu’il faut faire appel à une entreprise qui devra vider cette cuve une fois par an environ. Certaines personnes sont capables de dresser un compte précis des dépenses, d’autres sont moins rigoureux.

Mettre en location le bien ?

Pour amortir ces différents coûts, l’une des solutions est de mettre en location son appartement ou sa maison. Ces dernières années, plusieurs plateformes connaissent un énorme succès. C’est le cas de Airbnb ou Abritel. En quelques clics, les vacanciers peuvent accéder à des milliers d’annonces dans le monde entier.

Pour les propriétaires, c’est assez simple, il suffit de prendre quelques belles photographies, de faire un descriptif détaillé et le tour est joué. Les propriétaires qui franchissent le pas sont de plus en plus nombreux. Il faut dire que cela paye une grande partie des charges de la résidence secondaire. Les locataires bloquent des dates et le propriétaire a la garantie d’être payé. Pendant les vacances scolaires estivales, les maisons situées en bord de mer sont très prisées.

Lire aussi: Etre propriétaire a 30 ans : un rêve accessible ?

4.4/5 - (16 votes)
Image par défaut
Nathan
Nathan responsable de la publication de Info-mag-annonce.com. Tous ses articles sont rédigés en coordination avec l'équipe de direction.
Publications: 108

Laisser un commentaire