Travail en Suisse : pensez à votre retraite avec le 3e pilier prévoyance

Vous comptez vous installer en Suisse pour y travailler ? Le système de retraite suisse est un peu différent du système français. Pour vous assurer un revenu correct à votre départ en retraite, il faut bien comprendre les bases de son fonctionnement. Découvrez à travers cet article les principes de ce système à trois piliers.

Comment fonctionne le système Suisse de retraite ?

Dès l’instant que vous résidez ou travaillez en Suisse, vous devez obligatoirement être affilié au système de sécurité sociale helvétique. La prévoyance vieillesse fait partie des 5 domaines de protection couverts par le système de sécurité sociale: maladie, vieillesse, maternité, chômage, prestations familiales.

La prévoyance vieillesse, survivants et invalidité, est organisée autour de 3 axes, appelés piliers.

  • Le 1er pilier comprend l’assurance vieillesse et survivants (AVS) et l’assurance invalidité (AI), qui dépendent des pouvoirs publics au niveau fédéral. Ce premier pilier est obligatoire pour tous ceux qui résident ou travaillent en Suisse, y compris les indépendants et les non-actifs.
  • Le 2e pilier est une prévoyance professionnelle (PP), qui est obligatoire pour tous les travailleurs salariés de Suisse soumis à l’AVS dont le revenu annuel excède un certain seuil. Ce 2ème pilier est sous la responsabilité de l’employeur et régulé au niveau cantonal.
  • Le 3e pilier, appelé prévoyance individuelle, est facultatif. C’est l’équivalent d’une complémentaire retraite en France.

Ce système de 3 piliers suisse est basé sur plusieurs systèmes : un système par répartition (1er pilier) et des systèmes de capitalisation (2e et 3e piliers).

Les deux piliers obligatoires

L’assurance vieillesse et survivants (1e pilier, AVS) et la prévoyance professionnelle (2e pilier, PP) ont pour but de garantir un niveau de vie minimum en cas de baisse ou de perte de revenu due à la vieillesse, à une invalidité ou au décès de la personne assurant le soutien de la famille.

Le taux de cotisation de la PP est fixé par la caisse de pension de l’entreprise. Il peut être plus élevé dans certaines entreprises que dans d’autres et suivant le canton. La PP complète l’AVS pour permettre au bénéficiaire de maintenir son niveau de vie antérieur. L’objectif est d’atteindre environ 60 % du dernier salaire de l’assuré en cumulant la rente AVS et la PP.

Le 3e pilier : la prévoyance individuelle pour générer un revenu supplémentaire

Le 3e pilier offre de nombreuses possibilités pour votre plan de prévoyance. Il comprend un pilier 3a et un pilier 3b, qui se présentent sous la forme de comptes ou produits, bancaires ou d’assurance.

En fonction de vos objectifs, de votre capacité d’épargne, de votre situation actuelle ou future, ou de votre situation fiscale, vous pourrez choisir de constituer un capital, d’assurer vos proches, ou de bénéficier d’avantages fiscaux.

L’épargne individuelle destinée à la prévoyance vieillesse est encouragée en Suisse par des dispositions fiscales. Le pilier 3a est une version proche du PERP français. Avec, toutefois, un impact plus fort de la déduction sur le revenu en Suisse qu’en France. Le pilier 3b correspond à l’assurance-vie. Dans certains cantons, dont Genève, les versements permettent de faire une déduction fiscale partielle.

4.5/5 - (23 votes)
Image par défaut
Nathan

Nathan responsable de la publication de Info-mag-annonce.com. Tous ses articles sont rédigés en coordination avec l'équipe de direction.

Publications: 141

Laisser un commentaire