Le Factolab pour l’usine du futur

Le Factolab pour l’usine du futur
Les signataires de la convention entre Michelin et les laboratoires clermontois ©JJA.

« C’est un laboratoire qui est un point de départ. Nous sommes très confiants dans les résultats de cette recherche qui met l’homme au cœur de la conception de nouveaux développements », explique Terry Gettys, directeur de la recherche et du développement du groupe Michelin.
Trois laboratoires de recherche de l’université Clermont-Auvergne, et le groupe Michelin créent Factolab, un laboratoire commun dédié à l’usine du futur dans lequel la Manufacture a investi un million d’euros. Il s’agit de l’Institut Pascal (Sciences de l’ingénierie et des systèmes), du Lapsco (Laboratoire de psychologie sociale et cognitive), et du Limos (Laboratoire d’informatique, de modélisation et d’optimisation des systèmes), associés au CNRS.
L’objectif est de développer des robots collaboratifs, et des dispositifs connectés, au service des opérateurs de production. Ils permettront d’éliminer une partie de tâches physiquement pénibles, ou génératrices de stress. Une façon évidente d’améliorer le confort de travail et la productivité.
Sur ses sites industriels de Cholet et de Valladolid, Michelin expérimente actuellement des robots collaboratifs- et avec des résultats positifs- notamment une montre connectée qui gère une machine et s’assure de son bon fonctionnement dans des tâches répétitives.
Michel Dhome, directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire d’excellence IMobS, dirige le Factolab avec Colin-Yann Jacquin, responsable des partenariats de R&D de Michelin.

Laisser un commentaire