ASM/Saracens : c’est à quitte ou double

ASM/Saracens : c’est à quitte ou double
A Edimbourg, les Saracens avaient étouffé les velléités clermontoises et posé leur patte sur le match.

Clermont affronte les Anglais des Saracens les 10 et 17 décembre en Champions Cup. Deux confrontations explosives. En jeu : la première place de la poule. 

Comme on se retrouve ! Sept mois après la finale de la Champions Cup, l’ASM s’apprête à retrouver ses bourreaux anglais. Si le contexte ne sera pas le même que dans l’humidité printanière d’Edimbourg, on imagine aisément que les joueurs de Franck Azéma ont coché depuis longtemps ces deux dates sur leur calendrier. En secret, on jurerait que tous espèrent bien faire mordre la poussière à ces satanés « Sarries » qui leur ont filé quelques mots de têtes depuis deux ou trois ans. Du côté des supporters, on attend avec impatience cette double confrontation face à la meilleure formation européenne des deux dernières années.

« Ce ne sera pas facile. Nous n’avons pas que de bons souvenirs contre eux, souffle Thierry Fraisse, le patron de l’interclubs. Nous ne possédons pas toutes les cartes en main et au vu des derniers matches, les Saracens partent favoris. Mais ils ne sont pas imbattables, on a vu récemment qu’ils avaient perdu contre Exeter en Premiership. »

Pour Alexandre Audebert, ces matches arrivent dans une période un peu trouble pour l’ASM. Et cela peut être à double tranchant : « en se confrontant à ce qui se fait de mieux en Europe, soit l’équipe gagne et rebondit pour la suite, soit elle perd et se retrouve avec plein de boulot devant elle », cadre l’ancien 3e ligne du club.

Pour lui, Clermont se pose très clairement en outsider et ce n’est pas plus mal. « L’équipe sait se mobiliser pour ce genre de rencontres. Nous allons avoir des joueurs revanchards. Après avoir retrouvé leur cocon, les internationaux voudront rebondir car ils ont été frustrés par cette série de tests-matches. »

ASM/Saracens : c’est à quitte ou double
A l’image ici d’Arthur Iturria, le combat physique avait été acharné et les corps meurtris (© J.-P. B.)

QUELLE CHARNIERE POUR CLERMONT ?

Si Clermont a pu rentrer du monde ces derniers jours, des interrogations subsistent à la charnière. « L’absence de Camille Lopez paraît préjudiciable, d’autant plus que la blessure de Pato Fernandez n’a rien arrangé », estime Thierry Fraisse.

« C’est comme ça, on n’a pas le choix, reprend Alex Audebert. Il faut permettre à Luke McAlister de bien se préparer. Mais il faut être indulgent avec lui, il faut lui laisser du temps pour s’installer. »

Finalement, l’ASM avance « un peu masqué » et va se rendre en Angleterre avec une pression positive. Pour Bébert, « la pression négative est plus sur les Saracens. Ils n’ont pas le droit de se louper. »

De nombreux supporters des « Jaune et Bleu » ont prévu de se rendre à Londres par leurs propres moyens. L’Interclubs, lui, va partager un avion avec le club et les partenaires de l’ASM. Une réception à Londres est même prévue le 10 décembre. Thierry Fraisse et l’Interclubs comptent bien rendre l’invitation le 17 décembre dans un petit établissement clermontois. Les cuisses de grenouilles ne devraient pas figurer au menu !

Laisser un commentaire