Florent Pereira regarde toujours vers le haut

Florent Pereira regarde toujours vers le haut
Le coureur puydômois va disputer d’importantes courses cet été (© Emilie Devienne – Facebook F. Pereira)

Il a fini 8ème lors des championnats de France cyclistes amateurs. C’était le 30 juin dernier. Du côté de Mantes-la-Jolie. Une petite déception certainement pour le coureur puydômois qui visait « un podium » en région parisienne sur un circuit usant mais pas forcément très sélectif. Certes, Florent Pereira pourra se consoler en ayant terminé premier coureur de sa formation, le Team Pro-Immo, qui engageait cinq hommes sur la course. « J’ai lancé le sprint de très loin car la 3ème et la 4ème places étaient à portée de fusil. Je me suis fait déborder sur la fin. Mais je n’ai pas de regret, il fallait tenter quelque chose », soulignait-il, trois jours après la course.

Après un début de saison 2018 en fanfare, où il a remporté la première étape des Boucles du haut-Var, le coureur a connu un passage à vide au printemps. Un « petit souci mental », une météo pas forcément favorable – « Je n’aime pas la pluie et le froid » – ainsi qu’un peu de malchance comme au tour du Loiret où il casse sa fourche alors qu’il occupait la 4ème place du général, ont eu de quoi faire gamberger le cycliste.

« Après la coupe de France à Montbéliard, j’ai pris quelques jours de repos. Physiquement, ça va mieux aujourd’hui. »

Celui qui fut stagiaire chez AG2R en 2015, avant de passer pro en 2016 à Roubaix, ne tarit pas d’éloges sur son équipe actuelle. « Je pense que c’est la meilleure équipe que Pro-Immo n’ait jamais eu. Au sein du team, nous sommes presque tous capables de gagner. Mais il a fallu apprendre à travailler le collectif, à courir ensemble. Nous avons un très bon groupe, ce sera dur de faire mieux », estime Florent Pereira.

Le Clermontois se consacre aujourd’hui quasiment à temps plein au vélo. Il dégage quelques heures par semaine tout de même pour aider l’entreprise familiale de menuiserie générale que dirige son père. « Je m’occupe un peu de la communication et je m’intéresse à tout ce qui est domotique. »

Florent Pereira regarde toujours vers le haut
« Mon but, c’est de repasser pro », ne cache pas Florent Pereira.

Reconnaissant, Florent Pereira n’oublie pas de remercier au passage le patron du team, Nicolas Roux, qui l’a repris dans l’équipe à la fin de l’année 2016, mais aussi le manager Patrick Bulidon et les membres du staff. Que ce soit en termes de matériel ou de structures, tout est fait chez Pro-Immo pour que les coureurs puissent progresser au mieux et que les meilleurs éléments rejoignent un jour le monde professionnel.

Car Florent Pereira n’a pas renoncé à son rêve d’évoluer à l’échelon supérieur. Comme en 2016. « J’aimerais aller en Continental Pro au minimum. Avoir une nouvelle chance, ce serait top », avoue le vice-champion de France 2015.

A 24 ans, le cycliste se laisse encore deux ans pour franchir le cap. Après le rendez-vous de Mantes-la-Jolie, il a ciblé deux ou trois courses cet été pour décrocher un bon résultat et pourquoi pas se faire repérer par les recruteurs des équipes pros. « Je vais essayer de gagner une coupe de France. »

Alors qu’il vient de s’aligner à Brenne ce week-end, il enchaînera sur l’Estivale Bretonne du 3 au 6 août et sur la coupe de France à Cherves, prévue le 8 août. « Il ne faudra pas que je me loupe », avertit-il, bien conscient que le temps lui est désormais compté.

Partager

Laisser un commentaire