Saïd Ennjimi veut revaloriser les clubs

La fusion entre les deux ligues de football du périmètre de la nouvelle région administrative a conduit à l’apparition de trois listes candidates à la direction de la nouvelle institution. Parmi elles, celle menée par Saïd Ennjimi entend redonner la parole aux clubs.

Saïd Ennjimi veut revaloriser les clubs
Saïd Ennjimi est un gestionnaire efficace…

Arbitre professionnel international, Saïd Ennjimi a su rester un amateur passionné de football, qui s’est impliqué dans de nombreuses actions au service des clubs.
Les ligues de football du Centre-Ouest et de l’Aquitaine chapeautent désormais douze districts. «Jusqu’à présent, il n’y avait qu’une seule liste, mais les divergences de vue entre les ex-présidents, incapables de se retrouver sur un programme commun, m’offre l’opportunité prouver que je possède la meilleure capacité de rassembler et de faire entendre une nouvelle voix», constate-t-il. Cette candidature n’est cependant pas nouvelle pour Saïd Ennjimi, qui y songeait déjà en mai 2014, lorsqu’Henri Monteil avait déclaré qu’il se retirait. «Je dois ma réussite dans le football, mais aussi dans ma vie professionnelle, aux clubs, qui ont contribué à faire de moi ce que je suis aujourd’hui, soit en m’encourageant, soit en me critiquant, parfois vertement, mais c’est cela qui m’a permis d’avancer. Il me semble donc naturel de rendre un peu de tout ce qu’ils m’ont donné», avoue celui qui insiste sur l’importance pour ces clubs d’exprimer leur opinion à travers le vote lors de l’assemblée élective du 21 janvier prochain, à Marsac en Dordogne.

Saïd Ennjimi veut revaloriser les clubs
Arbitre professionnel international, Saïd Ennjimi a su rester un amateur passionné de football

MIEUX REDISTRIBUER

«Mon véritable challenge consiste à convaincre que ma jeunesse et mon manque d’expérience dans la gestion institutionnelle ne sont pas un handicap, car les gens qui m’accompagnent dans ma liste ont des dizaines d’années d’expériences et je pense savoir gérer une infrastructure qui, en nombre de salariés, est aussi importante que celle que je dirige professionnellement», prévient Saïd Ennjimi, qui reconnait une gestion en bon «père de famille» de ses prédécesseurs, qui, cependant, n’étaient pas disposés à partager un gâteau au point de parfois «un peu trop abuser du chéquier de la ligue».
Contrairement aux deux autres candidats, qui tardent à détailler leur programme, Saïd Ennjimi a clairement affiché ses thèmes de campagne, sur un site internet dédié, mais également, lors des nombreuses rencontres qu’il mène chaque semaine. Parmi toutes ses propositions, la réduction de 10% les charges d’enregistrement des équipes auprès de la ligue. «Le budget prévisionnel de la nouvelle ligue prévoit un excédent de 330.000 €. Comment peut-on accepter d’ajouter cette somme au bas de laine de 6 M€ déposé en banque. J’estime que l’on peut se passer de cet excédent, ainsi que du salaire du directeur général de la ligue du C-O qui part en retraite et que j’ai décidé de ne pas remplacer. Les quelques 450.000 € ainsi économisés seront redistribués aux clubs», promet-il.

Saïd Ennjimi veut revaloriser les clubs
Donner leur chance aux amateurs…

RAPPROCHER AMATEURS ET PROFESSIONNELS

Saïd Ennjimi place le sport au centre de ses préoccupations, en remettant un conseiller technique dans chacun des douze districts de la ligue. «Je souhaite rapprocher les clubs professionnels du monde amateur, en organisant des plateaux de jeunes joueurs à Bordeaux et Niort, pour que les meilleurs puissent être repérés plus tôt. Inversement, je compte sur les clubs professionnels pour qu’ils proposent aux clubs amateurs les joueurs n’étant pas en mesure de viser une carrière professionnelle. Ils pourront ainsi enrichir les clubs de la ligue et se voir proposer une solution de reclassement local», précise-t-il.
Saïd Ennjimi souhaite également s’appuyer sur les compétences du CDES de Limoges pour offrir une formation juridique aux salariés de la ligue, notamment ceux dont les postes font désormais doublon, afin qu’ils puissent apporter de meilleurs conseils aux clubs. Il optimisera les AG de la ligue afin de dégager du temps pour mettre à l’honneur 150 bénévoles à qui la ligue offrira un pack d’encouragement.
S’il devient président, Saïd Ennjimi promet de continuer à visiter les clubs, sans pour autant délaisser la gestion de la ligue, tout en conservant son activité professionnelle. «Un dirigeant doit savoir déléguer aux personnes compétentes». Un système de fonctionnement qu’il met déjà en pratique au quotidien.

Saïd Ennjimi veut revaloriser les clubs
Saïd Ennjimi a commencé sa carrière d’arbitre à 17 ans… (Photo © Yves Dussuchaud)

www.saidennjimi.com

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.