Les livres ont la parole

Créée par le Lions Club Limoges Briance, la Bibliothèque sonore de Limoges prête gratuitement des livres enregistrés par les bénévoles de l’Association des donneurs de voix.

Les livres ont la parole
Gérard Sido, président de la Bibliothèque Sonore de Limoges.

Voilà près de quarante ans, la Bibliothèque sonore de Limoges était l’une des premières à ouvrir après celle de Lille en 1972. Aujourd’hui, elle fait partie d’un réseau de 116 établissements dans l’Hexagone. « Nous mettons gratuitement des audiolivres à la disposition des personnes atteintes de déficience visuelle ou de troubles les empêchant de lire tels que Alzheimer ou Parkinson par exemple.
Des livres et revues sont enregistrés sur CD, Mp3, clés USB, envoyés par wetransfer ou en franchise postale car l’association est reconnue d’utilité publique précise le président Gérard Sido, et les retours sont aussi gratuits ». Pour s’inscrire, les personnes doivent fournir un certificat médical attestant de leur incapacité à lire. Des livres ainsi que le magazine « Vivre à Limoges » et « Le Mag » sont enregistrés par des donneurs de voix. Les audio-lecteurs peuvent également retirer des CD à la BFM ou à l’association située 4 rue Charles Bach, à la cité du Sablard, les mardis et jeudis de 14 h à 17 h hors vacances scolaires.
« L’inscription des personnes empêchées de lire et le prêt sont gratuits, aucune cotisation n’est demandée insiste-t-il, cent cinquante audio-lecteurs sont inscrits en Haute-Vienne et en Creuse, département que nous gérons également ». Le catalogue compte plus de 1.700 ouvrages en tous genres et si celui désiré n’est pas disponible, notre serveur national propose 5.000 titres. Les audiolivres sont écoutés sur ordinateur ou, à défaut, sur un appareil spécial dénommé « Victor » vendu avec des facilités de paiement selon les revenus.

Les livres ont la parole
Chantal a enregistré une cinquantaine de livres.

POUR LES SCOLAIRES

La Bibliothèque sonore de Limoges est l’une des premières en France à développer une offre gratuite à l’attention des élèves déficients visuels, empêchés de lire ou souffrant de troubles cognitifs comme la dyslexie. « Nos premiers contacts facilités par l’Inspecteur chargé de la scolarisation des enfants handicapés ont eu lieu avec le collège de Couzeix puis à celui de Maupassant et de Nexon ».
Compte tenu de l’intérêt de cette action et afin d’en faire profiter tous les élèves, une convention de partenariat a été signée, en juin dernier, avec l’Académie de la Haute-Vienne. Ainsi la Bibliothèque sonore s’engage à fournir aux élèves concernés, des livres enregistrés de littérature étudiés en primaire et dans le secondaire, en accord avec les enseignants, et durant toute la scolarité de même que des livres jeunesse. « Tous les établissements scolaires du département bénéficient de ce service et, si nous ne possédons pas le livre demandé par l’enseignant, nous solliciterons le serveur national qui compte plus de mille titres scolaires. Il sera téléchargé, remis à l’enseignant voire enregistré le cas échéant avec le délai requis précise Gérard Sido.
Une cinquantaine d’élèves, essentiellement des collégiens, a déjà sollicité un audiolivre et la demande augmente tous les jours. Nous ne disposions pas de livres scolaires et jeunesse auparavant, cette initiative a été lancée par la bibliothèque d’Evreux. D’autres devraient nous rejoindre pour répondre à la demande ». Les élèves scolarisés en école élémentaire, collège, lycée, SEGPA ou établissement médico-éducatif peuvent demander ces audiolivres. Ce partenariat entre, en effet, dans le cadre du Code de l’éducation et de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées. Les audiolivres favoriseront la mise en place d’actions pédagogiques. Les élèves pourront avoir un cursus scolaire normal et améliorer leurs capacités à déchiffrer des textes.

Les livres ont la parole
Les élèves ont accès à des ouvrages scolaires et des livres jeunesse.

DONNER SA VOIX

Ce service ne pourrait exister sans les donneurs de voix, ces bénévoles qui consacrent une partie de leur temps libre à enregistrer des ouvrages. Le travail, s’il est plaisant, s’avère fastidieux et requiert une bonne dose de patience et une élocution irréprochable à l’image de Chantal, une jeune retraitée passionnée de lecture. En sept ans, elle a enregistré une cinquantaine d’audiolivres.
« Le premier critère est de posséder un ordinateur chez soi équipé du logiciel Audacity et de maîtriser le traitement de texte pour les réglages explique-t-elle. Pour deux heures d’écoute, l’enregistrement a nécessité six heures, parfois plus, car il faut écouter ensuite et recommencer si on a trébuché sur un mot ou zozoté. Cela prend donc énormément de temps ». Face à la complexité de la tâche, Chantal ne s’est jamais découragée pour une bonne raison. « J’ai toujours aimé lire à haute voix, j’y prends plaisir et cela procure aussi du plaisir à ceux qui ne peuvent plus lire ». Une quinzaine de donneurs de voix alimente le catalogue. Les personnes très motivées et maîtrisant les contraintes techniques sont les bienvenues, une formation leur sera dispensée.

Les livres ont la parole
Le catalogue compte plus de 1.700 titres.
Les livres ont la parole
Un appareil spécial pour écouter les audiolivres.

Corinne Mérigaud
Photos © Corinne Mérigaud
Tél. : 05.55.79.49.79
bs.limoges@wanadoo.fr

Laisser un commentaire