Nouvel accrochage au BAL

Nouvel accrochage au BAL

Depuis le 1er juillet, le musée des Beaux-Arts de la Ville de Limoges s’offre aux regards des visiteurs sous un nouveau jour avec de nouvelles acquisitions, des oeuvres restaurées ou sorties des réserves, et d’autres déplacées. Avec près d’un tiers du parcours Beaux-Arts renouvelé, le circuit fait notamment la part belle à la place de la femme dans l’Art, met en lumière les genres et mouvements picturaux et valorise la peinture de paysages. Le musée propose désormais une quarantaine d’oeuvres nouvelles sur environ 120 oeuvres présentées (peintures, dessins, sculptures).

À cette occasion, le musée proposera par ailleurs aux visiteurs les 1e et 2 juillet 2017 une redécouverte de ses collections le temps d’un week-end animé de conférences, d’activités pour les familles, et de visites guidées pour tous.

Parmi les œuvres que les visiteurs pourront découvrir, de nouvelles acquisitions seront à voir, notamment un paysage haut-viennois réalisée dans le style de l’école de Barbizon par Léon-Victor Dupré ; ou encore trois panneaux peints de la Renaissance italienne et flamande.

Le public pourra également s’émerveiller devant quatre panneaux peints de la Renaissance italienne, nouvellement déposés au musée.

Dans les œuvres restaurées, de superbes pièces sont désormais intégrées au parcours, et notamment : un paysage de bord de mer par Joaquin Sorolla y Bastida (19e) ; un paravent de Suzanne Lalique (20e) ; le Sacrifice de Jephté par Jean-Henry Routier de Lisle (18-19e).

Le musée sort également des réserves des œuvres de Pieter Boel, Louis Ducis, Antoine Louis Barye, Gustave Guillaumet, Othon Friesz, ou encore Hans Arp…

Les visiteurs pourront bien évidemment toujours redécouvrir les oeuvres de Auguste Renoir, Berthe Morisot, Suzanne Valadon, Paul Ranson, ou Maurice Denis…

Photo © J. Dodinet / Ville de Limoges

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.