Les filles sont hockey !

Les filles sont hockey !

Le projet sportif de la section hockey de l’ASPTT Limoges repose essentiellement sur la formation des mineurs. Pour conserver ses effectifs, le club organise régulièrement des opérations découverte au cours desquelles l’accent est mis sur l’accueil des jeunes filles.

En dépit de la morne saison de leur équipe première, les bénévoles de la section hockey de l’ASPTT Limoges ont d’autres motifs de satisfaction.
« Les résultats des équipes mineurs sont bons, nous commençons à récolter les fruits de nos efforts de recrutement et de formation », lâchait le président Cyriaque Moreau, à l’issue de dernier match des Taureaux de Feu. Sur 233 licenciés, le club compte plus de 150 mineurs. « Chaque année, nous perdons des enfants, raison pour laquelle nous devons constamment en attirer de nouveaux. Cette année, nos opérations portes ouvertes ont réuni une cinquantaine de participants. Nous avons ainsi pu recruter 25 nouveaux licenciés que nous espérons revoir en septembre prochain », précise Ludmilla Durand. Lors de la 2e semaine des vacances d’avril, le club participera également à l’opération « Sportez-vous bien », organisé par la ville de Limoges. « C’est une belle vitrine, qui nous permet de cibler les enfants de 6 à 9 ans, et qui marche très bien », ajoute-t-elle. Diverses actions ont également été menées dans les écoles, grâce notamment à des élèves hockeyeurs. « Cela permet d’insister sur la sécurité et de présenter toutes les protections des joueurs pour rassurer les parents ». Lors de ces opérations, le club dirige aussi sa communication vers les filles. « Les hockeyeuses du club ont bien joué le jeu, en portant un maillot rose pour se distinguer des garçons ».

Vers une équipe féminine

« Le plus difficile reste de convaincre les parents que ce n’est pas qu’un sport de garçons », lance Ludmilla Durand. Chez les petits, les équipes peuvent être mixtes. « Les filles tiennent parfaitement leur rôle et savent se faire respecter », insiste-t-elle. « Elles sont plus attentives et plus appliquées que les garçons », souligne même Pavol Mihalik, l’entraîneur général du club. Les filles sont d’autant plus méritantes que les patinoires manquent souvent de vestiaires séparées. « La fédération française a parfaitement conscience de ces difficultés et redouble d’attentions pour garder ses féminines », ajoute L. Durand, qui ne désespère pas de voir se créer une équipe totalement féminine, car après 15 ans, la différence physique s’intensifie. Cependant, comme dans d’autres disciplines, le jeu des filles reste séduisant, car plus technique.
Lucie, 12 ans, occupe depuis 4 ans un poste clé, puisqu’elle est gardienne. « Tout me plait, l’action, la vitesse, le contact, même si j’ai fait preuve de folie en proposant d’occuper ce poste, qui est le dernier rempart et vers qui convergent tous les palets », avoue-t-elle. Nina, défenseur, a découvert le hockey lors d’une opération portes-ouvertes à la patinoire. « Je l’ai choisi car je voulais pratiquer un sport collectif. Et même si nous ne sommes pas nombreuses dans l’équipe U13, je ne ressens pas de différence avec les autres joueurs » reconnaît-elle.
D’autres filles pourraient les imiter, grâce notamment, à l’ouverture d’une classe aménagée au collège Donzelot.

Photos © Alban Pradeau

Partager

Laisser un commentaire